MAXIME LAPORTE | SOCIÉTÉ SAINT-JEAN-BAPTISTE DE MONTRÉAL | 05/11/2014

Pont Champlain

Prochain pont Champlain

Citoyennes, citoyens, au nom de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, je vous encourage à écrire (par la poste ou par courriel) et à téléphoner massivement au Ministre fédéral de l’Infrastructure Denis Lebel, responsable du dossier du Pont Champlain, afin de faire valoir votre mécontentement vis-à-vis du projet de changer l’appellation de cette infrastructure majeure du paysage québécois !

Mobilisons-nous avant qu’on nous mette devant le fait accompli, comme ce fut le cas par exemple pour l’aéroport Pierre-Elliott Trudeau !

Cordialement,

Signature Maxime Laporte

Maxime Laporte,
président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal


Voici les coordonnées du Ministre :

Monsieur Denis Lebel
Député fédéral de Roberval-Lac-Saint-Jean
Ministre de l’Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales
Ministre de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

797, boul. St-Joseph, bur.102
Roberval (Québec)
G8H 2L4
Téléphone : 418-275-2768
Télécopieur : 418-275-6535
Sans frais : 1-800-667-2768

Courriel : lebeld1@parl.gc.ca

MESSAGE SUGGÉRÉ

Objet : Changement de nom du Pont Champlain : Monsieur Lebel, ne tripotez pas dans notre mémoire nationale !

 

Monsieur Lebel,

Je vous demande fortement d’abandonner l’idée de débaptiser le Pont Champlain.

Comment un élu québécois comme vous peut-il accepter que notre histoire nationale soit ainsi sacrifiée sur l’autel du populisme de votre parti?

Non seulement votre gouvernement a mené tout croche le dossier du Pont Champlain, ne respectant pas les demandes légitimes du Québec et menaçant la sécurité des automobilistes qui y circulent chaque jour, mais en plus il travaille de manière pernicieuse à écarter de notre toponymie, le fondateur de l’Amérique française, Samuel de Champlain.

Comprenez-moi bien : on ne veut pas qu’Ottawa joue avec notre mémoire collective ! D’ailleurs, c’est la Commission de toponymie du Québec qui devrait avoir l’entière compétence pour ce qui est du choix des noms de nos infrastructures nationales. Un peuple normal détermine par lui-même quels noms doivent porter ses ponts, ses aéroports, ses places publiques !

Le pire, c’est que votre gouvernement ne se contente pas seulement d’insulter notre mémoire, mais il insulte aussi notre intelligence en opposant à Champlain un autre de nos grands héros nationaux, Maurice Richard. Tenteriez-vous de nous manipuler, monsieur Lebel, en plus de détourner le débat sur le péage que vous souhaitez nous imposer ? Heureusement, nous ne sommes pas dupes. Et nous voyons clair dans l’entreprise de construction identitaire canadianisatrice du Parti conservateur, laquelle, on le sait, culminera en 2017 avec les commémorations du 150e de la Confédération…

À la lumière des décisions toponymiques insensées qui nous ont été imposées par le passé, le Canada fait vraiment exprès pour détourner l’histoire du Québec à son avantage. Faut-il rappeler le choix inique de rebaptiser l’aéroport international de Dorval « Pierre-Elliott-Trudeau », du nom de l’auteur du gâchis de l’aéroport de Mirabel et de celui qui nous a imposé une constitution en faisant fi de la volonté de notre Assemblée nationale… S’il y a un endroit dont on devrait changer l’appellation, c’est bien celui-là, vous en conviendrez, Monsieur le Ministre conservateur.

Ce genre d’aberrations est intimement lié au fait que nous ne sommes toujours pas, en 2014, maîtres chez nous au Québec. Or, aucun peuple libre n’accepterait qu’on tripote ainsi dans son histoire. Respectez la mémoire du Québec ! Respectez le Québec !

C’est pourquoi j’insiste pour que le nom du Pont Champlain soit préservé et pour que l’histoire de Samuel de Champlain et des origines du peuple québécois soient adéquatement racontées.