Montréal, 1er octobre 2015 – Il y a longtemps que les Québécois auraient dû rejeter la royauté. Qu’à cela ne tienne, mieux vaut tard que jamais.

Un peuple minimalement respectueux de lui-même ne saurait accepter indéfiniment d’être le sujet de quelque autorité tierce. Il est temps que la volonté démocratique se fasse enfin verbe au Québec. Et seule reine. Cela, de manière officielle.

Nous qui sommes plus de 85% à vouloir l’abolition de la monarchie, qu’attendons-nous pour proclamer la république, à l’instar de l’Irlande, des États-Unis, de tant d’anciennes colonies britanniques, et bientôt de la Barbade et de la Jamaïque? Le peuple croit-il que sa Majesté s’abolira d’elle-même? Allons! Il nous faut notre propre petite révolution tranquille à cet égard, – ou simplement l’application aux têtes couronnées des mêmes politiques d’austérité qui affligent la société civile, selon qu’on soit de droite ou de gauche… Botter les derrières qui trônent, ce serait là en tout cas une magnifique rupture démocratique avec le royalisme aux accents médiévaux qui constitue toujours le fondement du Canada, cette «monarchie constitutionnelle», le pays le plus loyaliste de tout le Commonwealth. La monarchie n’ayant plus la légitimité politique pour exercer ses pouvoirs d’antan, la chose serait au fond essentiellement technique, mais non moins porteuse et significative… On admettra qu’une telle décision s’impose de plus en plus à la lumière des récentes controverses.

Et s’il faut absolument dépenser pour tenir au préalable une consultation publique afin de réfléchir à cette éventualité, j’invite tous les partis à l’Assemblée nationale à en faire la proposition. Après tout, quand on songe aux dizaines millions de dollars que nous avons déjà gaspillés au fil des siècles en tolérant la présence dans notre système politique de ces parasites de droit divin et de leurs vice-parasites, quelques dollars de plus pour la cause de la démocratie ne seront pas perdus. Au fait, pas plus tard qu’hier, un éminent constitutionnaliste me rappelait qu’aucun délai de prescription n’est prévu pour ce qui est de l’acceptation par le Canada d’une procédure de modification constitutionnelle initiée par une province, à des matières figurant à l’article 41 de la loi de 1982, dont la charge de lieutenant-gouverneur. Le Québec pourrait donc simplement envoyer un message clair à Ottawa ainsi qu’au reste du Canada en disposant de l’abolition du lieutenant-gouverneur, assortie d’une résolution à l’effet de doter le Parlement du Québec d’une présidence nommée par l’Assemblée nationale, laquelle exercera les mêmes fonctions. Le Canada aurait devant lui toute l’éternité pour accepter telle proposition, laquelle resterait indéfiniment pendante. Cela bien sûr, jusqu’au jour où le Canada deviendra une république ou, plus certainement, le jour où le peuple québécois exercera en toute légitimité son pouvoir constituant en conférant à l’État québécois les institutions démocratiques de son choix.

 

De Lise Thibault à J. Michel Doyon

La condamnation et l’emprisonnement sans précédent de Lise Thibault plus tôt cette semaine, ne devraient certes pas manquer d’inspirer tous ceux qui, en dépit de la désespérance généralisée, croient encore le Québec capable d’innover. Rappelons que par le passé, l’assemblée législative de la province de Québec est devenue notre «Assemblée nationale». La législature est devenue le Parlement. Le Sénat québécois (Conseil législatif) a aussi été aboli. Depuis un bon bout de temps, le Québec a cessé d’emprunter le langage du Canada pour se désigner.

Plus encore, les propos déconcertants tenus par le nouveau Lieutenant-gouverneur J. Michel Doyon au moment de son assermentation sont matière à provoquer la nausée. Ainsi, de ses propres dires, l’héritier institutionnel des Dorchester, Gosford, Colborne et Durham, ne se contentera pas d’être un simple officier symbolique. Celui-ci affirme vouloir «élever» cette fonction «méconnue», laquelle peut participer à revaloriser nos institutions démocratiques, prétend-il, rappelant que la Constitution canadienne lui confère de vastes pouvoirs, comme le privilège autocratique de refuser de signer une loi adoptée par nos élus! Il faut croire que le nouveau chef du Parlement et de l’État québécois a manqué des bouts de l’évolution de nos conventions constitutionnelles.

Osez, citoyen Doyon, osez donc exercer votre droit de réserve à l’encontre de la volonté de notre Assemblée nationale! Juste pour voir!

De toute façon, un jour ou l’autre, votre signature sera tout aussi inutile que votre poste au moment où nous passerons la loi supprimant la fonction honteusement archaïque et véritablement «passé date» que vous représentez.

 

Signature Maxime Laporte
Maxime Laporte,
avocat
Président, Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal