Dans la foulée de l’affaire Adidas, j’ai fait allusion hier dans l’une de mes entrevues télévisées, à la notion de « diglossie » en sociolinguistique. À CIBL, Nic Payne a ensuite élaboré très pertinemment sur le sujet.

Puisqu’il faut aussi (avant tout?) mener le combat sur le terrain des concepts, je suis d’avis que ce terme méconnu mériterait d’être beaucoup plus largement diffusé. Je dirais même qu’il devrait être systématiquement mis à l’avant-plan dans le discours des défenseurs du français. Car, le concept de diglossie permet de mieux qualifier la réalité linguistique québécoise que celui de « bilinguisme ». Infiniment mieux.

En effet, dans notre contexte social, historique, politique, etc., le mot « bilinguisme » (qui réfère nécessairement chez nous à un bilinguisme anglais-français*, comme s’il n’y avait pas d’autres bilinguismes possibles) se révèle confondant, imprécis et pervers.

On lui attribue communément une charge positive, fort commode pour tous ceux qui s’opposent systématiquement à l’objectif légitime de faire du français la seule langue commune au Québec ; la langue de nos institutions, du commerce, de l’intégration, etc. Ce terme s’avère largement exploité dans le discours canadien, et agit comme un puissant élément de propagande néocolonialiste.

Dès lors, aux yeux de plusieurs, s’opposer au sacro-saint « bilinguisme » apparaît comme un péché. Et bien souvent, même après avoir précisé que ce combat prend pour cible, non l’apprentissage des langues par les individus, mais bien la bilinguisation et l’anglicisation de nos institutions, c’est peine perdu. Dans l’esprit des sceptiques, des indécis, des ignares, des adversaires du français et des bien-pensants, le militant pour le français demeure un être suspect.

Or, la notion de diglossie décrit de manière beaucoup plus utile et exacte le problème de la langue au Québec. Elle permet de caractériser très précisément le phénomène où, sur un même territoire, deux langues cohabitent, mais dont l’une jouit d’un statut supérieur, cela pour des raisons historiques, politiques, économiques, etc. Cette notion permet d’évacuer la fausse impression se dégageant du terme « bilinguisme », à savoir qu’il y aurait égalité de statut entre le français et l’anglais au Québec et au Canada…

La diglossie évoque à juste titre les processus actifs faisant de l’anglais une langue dominante en notre propre pays. Elle met en lumière les raisons pour lesquelles tant de Québécois développent, encore en 2017, des réflexes d’aliénation linguistique, ou se sentent gênés, voire handicapés de ne pas être des Anglais, pour ainsi dire. Aussi met-elle directement le doigt sur le bobo : malgré tous les efforts déployés pour faire du français la langue commune au Québec, il demeure que la langue la plus attrayante, la langue de prestige, la langue des affaires, la langue du succès, la langue de l’élite économique, la langue véritablement utile, c’est l’anglais.

Aussi anecdotique soit-elle, l’affaire Adidas, – un cas parmi des milliers, l’illustre bien.

Autrement dit, le peuple francophone que nous formons, à la fois singulier et pluriel, n’est pas encore « maître chez lui », loin de là. Et il ne le sera pas, tant que perdurera cette réalité diglossique qui, littéralement, nous provincialise un peu plus chaque jour qui passe.

Pour plus de détails concernant la notion de diglossie, nous vous invitons à consulter cette page Wikipedia, qui en fait un assez bon résumé.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Diglossie

 

Signature Maxime Laporte

Maxime Laporte
Président général, Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal