alepin

Marie-Anne Alepin

landry

Bernard Landry

Le Patriote

Le Président général de la SSJB de Montréal, Me Maxime Laporte, a annoncé le 28 avril dernier la nomination de monsieur le Premier ministre Bernard Landry à titre de président d’honneur de cette institution citoyenne fondée en 1834.

Monsieur Landry compte parmi les personnalités nouvellement élues au Conseil général de la SSJB lors de l’Assemblée annuelle de mars dernier, aux côtés de l’animatrice d’origine lituanienne Sophie Stanké et de la comédienne Marie-Anne Alepin.
La jeunesse et la sagesse
Me Laporte a fait valoir que c’est avec une immense fierté que notre Conseil général a résolu à l’unanimité d’attribuer le nouveau titre de président d’honneur de la SSJB à Bernard Landry. Homme d’État illustre, grand bâtisseur, monsieur Landry est un citoyen d’exception qui s’est toujours investi corps et âme pour l’avancement de nos intérêts nationaux, et au service de cette noble cause qui consiste à faire du Québec un pays libre. Il est le septième Premier ministre dans l’histoire à se joindre à notre Société nationale, qui a notamment vu passer les GeorgeÉtienne Cartier, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau et Antoine- Aimé Dorion. Sa présence active dans nos rangs est un symbole de ce que le combat indépendantiste doit être: un combat intergénérationnel. En ce sens, en tant que jeune président, pouvoir compter sur l’appui et la sagesse d’un homme tel que monsieur Landry est une chance et un honneur extraordinaires. Monsieur Landry a affirmé: Je suis très fier de me joindre au Conseil général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal sous la présidence générale de Maxime Laporte qui fait un travail admirable.

stanke

Sophie Stanké

Il a mentionné: La devise de la Société, « rendre le peuple meilleur », m’interpelle grandement. Quand on aime sa patrie, on veut qu’elle soit meilleure. Et si elle est meilleure, l’humanité sera meilleure.

La SSJB a joué un rôle déterminant dans notre histoire, autant du point de vue politique que social, culturel et économique.

En plus de la Fête nationale, rappelons qu’elle est à l’origine du Monument national, de la première école de théâtre, de la première école des Beaux-Arts, de la première école technique, des Hautes études commerciales, des premières caisses d’épargne, de la caisse nationale d’économie, des premières mutuelles d’assurance-vie, de la société nationale de fiducie, du premier mouvement féministe francophone, du Prêt d’honneur, sans oublier les grandes mobilisations pour la défense du français, etc. C’est même la Société Saint-Jean-Baptiste (de Québec) qui, à l’époque, avait commandé l’Ô Canada, hymne national des Canadiens français, avant qu’Ottawa s’en empare et en change la signification.

Bref, on doit en grande partie à la SSJB le fait que nous sommes toujours là…, a conclu monsieur Landry.

Se tourner vers l’avenir: retour sur l’Assemblée générale 2016

Tout en s’appuyant sur ses fondements historiques solides, la Société en tant que mouvement citoyen se réactualise et se tourne vers l’avenir. Ouverte à la diversité, solidaire des autres peuples en lutte pour leur autodétermination – y compris les Premières nations, rappelons que la SSJB est l’une des premières organisations majeures de la société civile québécoise à avoir mis de l’avant le concept de nationalisme civique dans les années 1990 avec le Comité Passeport-Québec. Par ailleurs, elle rejette vigoureusement le multiculturalisme canadien qui a pour objet de dissoudre l’identité québécoise ainsi que notre cohésion sociale, culturelle et linguistique.

En 2016, et tel que réaffirmé par les délégués réunis en Assemblée générale annuelle (AGA) les 10 et 11 mars derniers, la Société poursuit les idéaux démocratiques et républicains de ses fondateurs, les Patriotes.

Cela se traduit aujourd’hui dans le combat du Peuple québécois pour la maîtrise de son destin, de sa constitution, de ses institutions, de son territoire et de ses ressources naturelles. Également, le combat pour la vitalité et la pérennité de la langue française, qui a pour corollaire l’intégration de nos frères et soeurs issus de l’immigration, est plus pertinent que jamais, face aux multiples constats de déclin du français dans la région métropolitaine. L’AGA a aussi été l’occasion de faire rapport des très nombreux projets et activités mis en oeuvre par la Société en 2015 [dont on peut trouver le résumé illustré en allant sur ce lien: http://ssjb. com/revue-des-activites-de-lannee/].

Outre les nouveaux venus Bernard Landry, Sophie Stanké et Marie-Anne Alepin, soulignons la réélection de l’historienne progressiste Josiane Lavallée, du militant d’origine kabyle Rachid Bandou ainsi que des anciens présidents Jean Dorion et Mario Beaulieu.