Reportage de Louiselle Lévesque, Radio-Canada.ca, 3 décembre 2009
Écouter le reportage: http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2009/CBF/Radiojournal200912031700_6.asx&epr=true
Des organismes de défense de la langue française promettent de poursuivre la lutte contre la récente décision de la Cour suprême du Canada qui invalide des dispositions de la loi 104 sur l’accès à l’école anglaise. Le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Mario Beaulieu, estime que l’avenir du français ne peut rester à la merci des institutions fédérales. Il prévoit une mobilisation de la société civile, qui se traduira, selon lui, par des manifestations au cours des prochains mois.

La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Impératif français et la Centrale des syndicats du Québec, qui représente des milliers d’enseignants, se sont rendus à Ottawa, jeudi, pour dénoncer ce jugement, qu’ils considèrent comme une atteinte aux droits collectifs. Des représentants du Bloc québécois les accompagnaient dans leur démarche.

La création récente du mouvement Montérégie français s’inscrit dans cette campagne de mobilisation. L’objectif est de maintenir la pression sur le gouvernement du Québec, qui dispose d’un sursis d’un an pour donner suite à la décision du plus haut tribunal du pays et trouver une façon de colmater la brèche.

La loi 104, adoptée à l’unanimité en 2002 par l’Assemblée nationale pour combler un vide juridique dans la loi 101, empêchait les parents d’envoyer leurs enfants dans une école privée anglophone non subventionnée lors de leurs premières années sur les bancs d’école.

Avant l’adoption de ces dispositions, certains parents ont utilisé ce stratagème, qui leur permettait ensuite d’envoyer leurs enfants à l’école anglaise financée par les fonds publics. Les frères, les soeurs et les éventuels descendants de ces élèves pouvaient à leur tour, en toute légalité, fréquenter une école anglaise au Québec. Lorsqu’elle a été révélée, l’affaire a soulevé un tollé, puisque ce stratagème permettait à des immigrants de contourner la loi 101, qui prévoit notamment que leurs enfants doivent recevoir, sauf exception, un enseignement en français.

En octobre dernier, la décision de la Cour suprême, qui a jugé que le gouvernement du Québec avait contrevenu à la Charte canadienne des droits et libertés, a suscité de vives réactions à Québec.

Source :