Agence QMI  |  TVA Nouvelles

Un dépliant qui fait la promotion de la troisième Tour des Canadiens, à Montréal, fait des vagues. Le document a été rédigé en deux langues, anglais et cantonais, et le français n’en fait pas partie.

 

Le pamphlet promotionnel invite les gens à un événement au bureau des ventes de la phase 3 de cet important projet immobilier au centre-ville. Un côté de celui-ci dévoile des informations présentées en anglais alors que l’autre est écrit en caractères chinois.

Le dépliant a été acheminé à TVA Nouvelles par un résident de Longueuil qui l’a reçu dans sa boîte aux lettres.

«Il s’agit d’une violation de la loi 101, il n’y a pas de débat ici. On pourrait aussi identifier ça comme un mépris du droit élémentaire des Québécois de commercer dans la langue officielle», a réagi Maxime Laporte, président de la Société Saint-Jean-Baptiste.

«Hélas ce n’est pas un cas isolé, loin de là. C’est peut-être le résultat du laisser-aller de notre propre gouvernement sur le fond linguistique», a-t-il ajouté.

«On sait tous que le Québec est français, on ne peut pas prétendre ne pas le savoir. De voir que des situations comme celles-ci existent ,c’est absurde […]. Maintenant, ce qui est troublant, c’est de voir le lien avec les Canadiens de Montréal», estime pour sa part Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français.

Sur le site de l’Office québécois de la langue française, il est écrit que «la documentation commerciale distribuée au Québec doit être en français», ce qui inclut les imprimés publicitaires.

L’an dernier, notre Bureau d’enquête révélait que les acheteurs chinois représentaient jusqu’à 80 % des investisseurs dans certaines tours du centre-ville de Montréal, dont 25 % pour les phases un et deux de la Tour des Canadiens.

Un responsable des communications de la Tour des Canadiens a répliqué en fin d’après-midi qu’«il s’agit d’une initiative indépendante d’un courtier. Tout le matériel promotionnel préparé par Tour des Canadiens 3 est disponible en français et en anglais».

 

SOURCE