Article de Josée Guimond paru dans le journal Le Soleil du 19 octobre 2010.

À Montréal, Daniel Boucher a chanté lundi soir au grand spectacle de la coalition contre la loi 103 parce que, pour lui, «la langue, c’est viscéral» et qu’il est «nécessaire» de s’en occuper.

Mario Beaulieu, de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, dénonce le bâillon pour clore le débat sur cette question fondamentale. «M. Charest, Mme St-Pierre, les libéraux peuvent bâillonner l’opposition à l’Assemblée nationale, mais ils ne peuvent pas bâillonner la population.»

Lire l’article dans le site du Soleil