Gilles Rheaume 22Un lieu d’hommage dédié à Gilles Rhéaume a été aménagé à la Maison Ludger-Duvernay, 82 rue Sherbrooke Ouest, et restera accessible tous les jours de la semaine, de 11h00 à 21h00, jusqu’aux funérailles qui auront lieu le samedi 21 février, 13h30, à l’Église Saint-Pierre-Apôtre, 1201, rue de la Visitation à Montréal

 

Le révolté aimable

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris dimanche dernier le départ du « baroudeur de l’indépendance », Gilles Rhéaume, cet ancien président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal qui a fait tant pour sa patrie. Toutes nos pensées sont avec les membres de sa famille, ses proches et tous ses amis qu’il laisse dans le deuil.

Il y a tant à dire sur cet homme d’exception… Gilles Rhéaume, le patriote. Gilles Rhéaume, le militant. Gilles Rhéaume, le tribun, le professeur, l’érudit, l’encyclopédiste… – Gilles Rhéaume, l’homme révolté.

À mes yeux, Gilles Rhéaume incarnait avant tout l’homme révolté. Celui dont parlait Camus. Un révolté aimable, profondément libre et humain. Passionné.

Gilles était de la race des vivants, de la race des dignes autant que de ceux qui savent s’indigner.

Cette impulsion de révolte qu’il incarnait et savait aussi bien traduire en mots qu’en actions, cette révolte sourd de l’enfouissement sous le mal, l’injustice et la dépossession historique de la dignité du peuple du Québec. Elle jaillit de l’enfermement de notre liberté, tout en se projetant bien au-delà de nos frontières, car il s’agit d’une aspiration universelle. Gilles Rhéaume, le Québécois métis, était aussi sensible au cas des Premières nations ainsi qu’à l’égard de toutes les nations et tous les êtres humains du monde qui luttent pour leur salut.

Gilles transpirait la liberté, cette liberté qui se meut dans notre histoire, qui s’est cherchée jusqu’ici comme dans un labyrinthe. Gilles était animé de cet élan libérateur, un élan qui a su nous emporter nous aussi. Ses discours étaient porteurs de lumière, une lumière qui se révélait aux consciences jusqu’à se manifester en une épiphanie dans la cité, en une force jaillissante, capable d’« intranquilliser » les conventions, d’enflammer les foules.

La révolte et la fougue extraordinaire de Gilles Rhéaume dépassaient, transcendaient, éclataient, écartelaient le langage formaté des hommes politiques ordinaires, de la rectitude politique, ce langage qui est celui de la mièvrerie ambiante et qui n’est rien sinon que le langage d’un système qui cherche à réprimer et à neutraliser nos élans profonds. Formatée, emboitée, la liberté n’est forcément pas la liberté.

Gilles nous a grandement inspirés. Il nous a aidés à garder le cap sur nos objectifs. Le cap sur l’indépendance. Il nous a retenus de plier les genoux. Il nous a donné espoir. Et il continuera, malgré son départ, à donner espoir aux plus jeunes patriotes, parce qu’il a déjà tracé et éclairé le chemin à prendre pour que nous en arrivions à ce qui ne pourra pas toujours ne pas arriver. Son départ nous donne encore plus de raisons de se relever et de continuer le combat.

Cet art de vivre qu’il avait, cet art d’aimer sa patrie autant que ses compatriotes, méritent respect et admiration.

La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, qui pour lui était « sa famille », est fière d’avoir eu Gilles Rhéaume comme grand ambassadeur. Elle est fière de le compter parmi ses anciens présidents généraux, lui qui d’ailleurs siégeait toujours au Conseil général au moment de son décès.

La grande médaille d’argent Bene merenti de patria, plus haute distinction de la SSJB, lui sera remise à titre posthume lors de la cérémonie funéraire qui se déroulera le samedi 21 février prochain.

Ludger Duvernay, le 24 juin 1834, a porté un toast « au peuple, source primitive de toute autorité légitime ». Aujourd’hui, nous portons un toast à notre ami Gilles Rhéaume, source d’inspiration pour la suite du monde, source d’espérance pour le peuple, source de liberté !

 

Vive le Québec libre, fier et français !

Signature Maxime Laporte

Maxime Laporte
Président général,
Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal