Montréal, le 11 avril 2010 – C’est dans une salle remplie à craquer au point ou plusieurs centaines de personnes ont été refoulées à la porte, que près d’un millier de personnes ont participé à un rassemblement pour le renforcement de la Loi 101. Réunie cet après-midi au Monument National, à Montréal, la foule venait protester contre la décision de la Cour suprême du Canada d’invalider la Loi 104. Fruit d’une collaboration entre la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal et plus de vingt-cinq partenaires, cet événement visait à démontrer la vaste adhésion populaire à la Loi 101 et à demander au gouvernement Charest d’en appliquer les dispositions aux écoles non subventionnées, pour ainsi colmater la brèche des écoles-passerelles.

« La ministre Christine Saint-Pierre a affirmé, cette semaine, qu’elle attendrait de voir l’ampleur du rassemblement avant de conclure qu’il témoigne de l’humeur de l’opinion publique. Nous pensons qu’elle devra maintenant prendre en considération la forte participation des citoyens et des organismes aujourd’hui. Le gouvernement libéral doit mettre fin à son attentisme en réaffirmant la primauté de l’Assemblée nationale et de ses élus pour ce qui est du destin du Québec français. Conséquemment, il doit appliquer la Loi 101 aux écoles anglaises privées non subventionnées. La survie du français n’est pas négociable. » a déclaré Mario Beaulieu, président général de la SSJBM.« Il y a des juges à Ottawa qui ont décidé que la Loi 101 a son prix et que ceux qui en ont les moyens peuvent la contourner. Vous avez 10 000$? Envoyez votre enfant à une école anglaise non subventionnée et après vous pourrez l’inscrire, lui, ses frères, ses sœurs et leurs descendants, dans le réseau public anglophone, et ce, à même l’argent de nos impôts. C’est ça que nous disent les juges de la Cour suprême du Canada », a lancé Mario Beaulieu à la foule survoltée.

Le député péquiste Pierre Curzi, qui a publié cette semaine une étude démontrant l’anglicisation de la région métropolitaine, s’est également adressé à la foule. Gilles Duceppe et Françoise David a aussi participé à l’événement.

Le rassemblement avait également pour objectif de revoir le long chemin qui a mené à l’adoption de la Loi 101, loi fondatrice du Québec moderne et inclusif. Ce dur combat a été illustré à travers des textes lus par des artistes et des personnalités connues, dont Loco Locass, Vincent Bilodeau, Patrice Coquereau, Dominique Pétin, Geneviève Rioux, Danielle Proulx, Jean-Claude Germain, Sophie Durocher, Ivy, Annick Bergeron, Sylvie Potvin et Carolane Doyon. Des textes de René Lévesque, Pierre Bourgault, Henri Bourassa, Olivar Asselin, Camille Laurin, Jean-Paul Desbiens et Jules-Paul Tardivel ont permis aux spectateurs de se remémorer leur histoire, de mieux comprendre les enjeux cruciaux et de mesurer l’importance des mesures scolaires de la Loi 101 à nouveau menacées par le récent jugement de la Cour suprême du Canada.

Ce rassemblement constituait la suite du vaste mouvement citoyen en marche depuis la décision de la Cour suprême d’invalider la Loi 104. Animé par le comédien Denis Trudel, le spectacle offrait quelques prestations musicales et des extraits audiovisuels. « Nous ne reculerons plus », ont affirmé plusieurs personnes sur place.

-30-
Communications SSJB : 514-843-8851