honore beaugrandPour plusieurs, Honoré Beaugrand, c’est d’abord une station de métro sur la ligne verte. Pour les plus avertis, c’est aussi un ancien maire de Montréal, et, pour certains cégépiens, c’est l’auteur de la Chasse-galerie et d’autres contes. Pourtant, c’est bien davantage que cela, et on ne peut que remercier Jean-Philippe Warren de lui avoir consacré une biographie passionnante intitulée Honoré Beaugrand : la plume et l’épée (1848-1906), qui vient de paraître chez Boréal.

Originaire de Lanoraie, Honoré Beaugrand mena une existence trépidante, servant comme soldat dans l’armée mexicaine, puis comme journaliste à La Nouvelle-Orléans, touriste dans plusieurs pays du monde et jusqu’en Orient, propriétaire du journal La Patrie, maire de Montréal (1885- 1887), riche actionnaire de banques et de compagnies de chemins de fer… bref, une carrière florissante. Mais plus encore, Beaugrand est un intrépide républicain, dans la tradition de Louis- Joseph Papineau, et qui jamais ne fléchira. Il ne se gêne pas non plus pour condamner la servilité coloniale des siens et pour dire ses quatre vérités à ses concitoyens canadiens-français : nous nous chamaillons comme des écoliers et nous laissons l’étranger régner en maître sur le sol découvert par Cartier et colonisé par Champlain (p. 171).

C’est aussi un anticlérical conséquent, à une époque où tout laissait croire que l’Église catholique en menait pas mal large. Bref, une personnalité politique à découvrir. Dans toutes les bonnes librairies ! (JPD)