Chroniques Jean-Luc Mongrain publié dans le Journal de Montréal le 11 décembre 2011

Au moment où l’échec constitutionnel nous est apparu, la déclaration du premier ministre Bourassa a raisonné à l’Assemblée nationale: «Le Québec est aujourd’hui et pour toujours une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement» (Robert Bourassa 1990). Cette affirmation laissait même à plusieurs l’impression que, si ce gouvernement avait à ce moment précis manifesté une volonté de demander à la population de l’accompagner pour réaliser l’indépendance, nous aurions suivi M. Bourassa.

————–

Je pense que le Canada est en train de se refaire une identité et une grille de valeurs qui reposent sur une autre structure économique. Un pays qui se donne les moyens de ne plus avoir à composer avec sa diversité caractéristique. Basé sur un mode de fonctionnement qui aura de moins en moins à «dealer» avec nous. Comme si la perspective de la force économique, de l’essor de l’Ouest canadien, entraînait le goût de construire un nouveau Canada et un nouveau fédéralisme qui n’aurait pas à se soucier du fameux «what does Quebec want?».

C’est peut-être cette nouvelle réalité qui fera dire au ROC (Rest Of Canada): arrangez-vous avec vos affaires ou prenez votre trou dans le Canada que l’on vous prépare.

Voir dans le Journal de Montréal