À titre de président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, je me suis fait un devoir d’écrire au premier ministre du Québec, Jean Charest, pour lui rappeler une nouvelle de ne pas oublier de souligner l’anniversaire du drapeau du Québec le samedi 21 janvier prochain. On se rappellera que cet important événement avait été complètement oublié l’an dernier, au grand dam du ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier. En 2010, la SSJB avait fait la même demande de souligner l’anniversaire du fleurdelisé au premier ministre. Quelques jours plus tard, un déplorable communiqué de presse du ministère de la Justice faisait du pavoisement : « un besoin de traçabilité des services ». Le drapeau québécois constitue le symbole de toutes les aspirations, de tous les échecs et toutes les victoires qui ont façonné l’identité du peuple québécois et ses valeurs fondamentales. Au-delà des clivages idéologiques qui peuvent séparer les partis politiques et les citoyens, le drapeau demeure un symbole unificateur porteur d’espoir pour tous les Québécois. Voici la teneur de la lettre envoyée à M. Charest:
Drapeau
Pour en savoir plus sur le Jour du fleurdelisé.

« Montréal, le 13 janvier 2012

Monsieur Jean Charest
Premier ministre du Québec
Édifice Honoré-Mercier
3e étage
835, boul. René-Lévesque Est
Québec (Québec) G1A 1B4

Monsieur le Premier Ministre,
Le 21 janvier prochain, le Québec commémorera l’adoption de notre drapeau, qui a été choisi par le gouvernement du Québec le 21 janvier 1948. L’an dernier, un malheureux oubli de votre gouvernement avait passé cet anniversaire sous silence. Cette année, puis-je me permettre de vous le rappeler suffisamment d’avance pour que vous puissiez vous organiser ? Notre devise n’est-elle pas « Je me souviens » ? Ne croyez-vous pas qu’un peuple qui n’a pas d’histoire et de fierté risque de ne pas avoir d’avenir ?
En 2010, dans son communiqué, votre ministère de la Justice soutenait que le fleurdelisé devant les édifices gouvernementaux « répond à un besoin de traçabilité des services ». Permettez que je vous suggère plutôt que de faire flotter son drapeau, c’est célébrer notre nation; c’est exprimer notre fierté nationale. C’est notre patriotisme que nous affichons. Planter un drapeau ou faire flotter un drapeau exprime aussi le pouvoir de la nation qu’il représente.
Pour l’occasion, le comité du fleurdelisé de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal organise des activités dont une marche (plus écologique que notre parade traditionnelle en automobile) et invite les Montréalais et Montréalaises à venir à la Maison Ludger-Duvernay chercher un drapeau et du matériel pour pavoiser leur résidence.
Il va sans dire qu’au nom des membres du conseil d’administration et des membres de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, il nous ferait un grand honneur de vous accueillir aux célébrations de la Journée nationale du drapeau.

Avez-vous des suggestions à faire au gouvernement du Québec pour célébrer dignement le Jour du drapeau ?