Article de Martin Francoeur paru dans Le Nouvelliste le 26 mai 2011.

Partageant les mêmes objectifs que son équivalent montréalais – le Mouvement Montréal français -, l’organisme veut sensibiliser la population à «l’importance de faire du français la véritable langue officielle et commune pour en assurer l’avenir au Québec».

Selon Roger Kemp, principal instigateur et porte-parole de cette branche régionale du Mouvement, Trois-Rivières et la Mauricie ne sont pas à l’abri des conséquences de l’envahissement de l’anglais dans la région métropolitaine.

«De plus en plus de voix s’élèvent pour dire que la situation de la langue française se dégrade à Montréal et qu’il devient difficile de se faire répondre ou servir en français dans certains commerces de la Métropole. Cette situation fait tache d’huile et nous en ressentons les effets en Mauricie», explique-t-il.

Lire l’article dans le site Internet du Nouvelliste