Article de Dominique Gallet publié sur Gaullisme.fr le 24 janvier 2012

A cause de la manie du « tout anglais », l’usage du français est en perte de vitesse et souffre, d’après Dominique Gallet, de « décennies de démission linguistique ». Auteur de « Pour une ambition francophone, le désir et l’indifférence », il explique pourquoi l’émergence d’un monde multipolaire stimule la diversité des langues et que nous devons nous y adapter en nous exprimant en français.

photo archi

La scène se passe à Montréal en 2011. Un taxi me conduit vers ma destination, sur le boulevard du nom de l’ancien premier ministre du Québec René Lévesque. Le chauffeur, d’origine marocaine, décelant mon accent « parisien », me parle de ce grand Québécois, me dit son attachement à la langue française et aux bienfaits de la loi 101 qui protège son usage au Québec, puis m’assène avec tristesse au moment de me déposer : « Les Français sont devenus des « « anglomaniaques » ! Pourquoi ? Ils n’ont pas compris le monde qui s’en vient ou quoi ! ».

L’interrogation inquiète de ce Marocain de Montréal, à laquelle je n’ai pu répondre que de façon lapidaire, est partagée par des millions de francophones à travers le monde. Elle assimile malheureusement l’ensemble des Français aux comportements et aux choix des décideurs du pays. Alors qu’en réalité la question de la langue française, de son usage en France et de son rayonnement dans le monde, est un domaine qui illustre de façon flagrante la profonde coupure entre la classe dirigeante hexagonale et le peuple français.

Voir sur Gaullisme.fr