Charles LEcavalier  |  Journal de Montréal

 

L’Assemblée nationale demande aux commerçants d’abandonner la formule «bonjour/hi», pas assez francophone, pour accueillir leurs clients

«[L’Assemblée nationale du Québec] invite tous les commerçants et tous les salariés qui sont en contact avec la clientèle locale et internationale de les accueillir chaleureusement avec le mot bonjour», peut-on lire dans une motion présentée par le PQ et appuyée par tous les partis, incluant le PLQ.

Cette motion rappelle que le mot «bonjour» est l’un des plus connus de la langue française chez les non-francophones et qu’il exprime «magnifiquement» la convivialité québécoise.

Le débat sur le «bonjour/hi» a fait surface à l’Assemblée nationale après un passage remarqué de la ministre de la Culture Marie Montpetit sur les ondes de LCN, où elle a affirmé que la formule d’accueil était un «irritant» pour les francophones. Elle révélait aussi qu’elle a approché la chambre de commerce du Montréal métropolitain pour sensibiliser les boutiquiers du centre-ville à abandonner cette phrase.

Le chef péquiste Jean-François Lisée a saisi la balle au bond et a demandé à Philippe Couillard de reprendre les propos de la ministre Montpetit et d’appuyer la motion du Parti québécois.

Couillard désavoue Montpetit

Le premier ministre a plutôt désavoué sa recrue. «Ce que je ne veux pas qu’on crée, c’est de la division entre les Québécois de langue anglaise et de langue française. Quand on relie l’expression ou le choix d’un mot anglais à une irritation pour l’ensemble du Québec, c’est exactement ce que volontairement ou non on veut créer», a répliqué Philippe Couillard.

Moment cocasse à l’Assemblée : Jean-François Lisée et Philippe Couillard ont négocié durant la période de questions pour trouver une voie de passage permettant l’adoption de la motion. «“Et constitue au contraire un irritant”, si j’enlève ça, il va voter pour», a lancé le chef Lisée.

«Qu’on dise ensemble que le Québec fait des progrès, parfaits. Qu’on invite les commerçants à accueillir leurs clients avec le mot “bonjour”, parfait. Qu’il fasse une motion comme ça et ce sera un grand succès», a dit M. Couillard.

De son côté, la ministre Montpetit a préféré ne pas répondre aux questions des journalistes et a plutôt soupiré «je pense qu’on peut passer à autre chose».

 

 

SOURCE