Près de 70 personnes ont assisté à cette assemblée lors de laquelle l’exécutif sortant a proposé un plan d’action régional. Celui-ci qui, selon les dirigeants, favorisera la collaboration entre les circonscriptions, a été adopté à l’unanimité. La journée a aussi été marquée par la tenue d’un atelier ouvert auquel ont pris part des d’organismes non partisans comme la Société St-Jean-Baptiste, section Pierre-le-Gardeur (Repentigny) et section Yves-Blais (Terrebonne) et la Société Nationale des Québécois de Lanaudière. L’orateur de cet atelier, Mario Beaulieu, président de la SSJB-Montréal, a traité de la situation du français, notant à quel point «l’invalidation de la loi 104 est la goutte qui fait déborder le vase».

Le français, une priorité

Par ailleurs, l’Assemblée a voté une résolution demandant à l’exécutif régional de susciter rapidement, avec des partenaires hors PQ, la création d’un organisme qui constituerait un Mouvement de défense et de promotion du français dans Lanaudière.

Lire l’article dans le site Internet du Trait d’Union