Article de Robert Dutrisac paru dans Le Devoir du 15 octobre 2010.

Pendant que les parlementaires palabreront lundi à l’Assemblée nationale — la procédure du bâillon prévoit un débat d’une durée minimale de 14 heures —, la Coalition contre la loi 103 tiendra une «manifestation-spectacle» intitulée Notre langue n’a pas de prix, la loi 101 n’est pas à vendre, de 18 h à 20 h devant les bureaux du premier ministre Jean Charest à Montréal. «Il faut que ça donne le signal du réveil de la population», estime le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Mario Beaulieu.

Lire l’article dans Le Devoir