Article de Gilbert Paquette publié dans L’Aut’Journal le 20 janvier 2012

Mais la cause plus profonde tient à la subordination de l’État du Québec à l’État canadien. Le Québec participe à un jeu où il ne peut être que perdant. Nous envoyons au gouvernement d’une autre nation la moitié de nos ressources budgétaires, mais celui-ci décide de ce qu’il va en faire selon ses priorités.

phot l'autJournal

Le gouvernement de M. Harper peut décider de dépenser dans des domaines non prioritaires pour le Québec, ou dans les champs de compétence du Québec qu’il choisit, ou même carrément créer des dépenses qui doublent ou contredisent celles du Québec.

Cette dépendance budgétaire nous est imposée unilatéralement par la constitution canadienne (à laquelle nous n’avons pas adhéré), privant le gouvernement du Québec de ses capacités d’agir collectif. Il y a pourtant une solution pour en sortir: garder nos taxes et impôts chez nous et décider nous-mêmes quelle part de nos dépenses nous affecterons à la santé, à l’éducation et aux autres responsabilités de l’État québécois.

Cela s’appelle l’indépendance du Québec qui nous permettra de faire nos propres choix en fonction de nos besoins réels, et ce projet bénéficie toujours d’un appui considérable (43% selon le plus récent sondage de Léger marketing avec une question dure, sans référence à un partenariat). Rien d’étonnant quand on constate l’arrogance du gouvernement canadien qui ignore le Québec, qui bafoue notre langue et qui nous impose des décisions qui vont à l’encontre de nos choix collectifs.

Voir dans L’Aut’Journal