Article de Kelly Vilo paru dans le journal Metro le 15 juin 2010.

«Si l’institut obtient le statut d’établissement anglophone, les communications seraient en anglais et la langue de travail et d’affichage interne seraient l’anglais», s’est indigné le président de la SSJB, Mario Beaulieu.

D’après M. Beaulieu, les employés ayant contacté la SSJB se seraient plaints à l’OQLF, notamment en raison de la multiplication des notes internes en anglais. Il a ajouté que le but de l’OQLF est de «garantir le droit de travailler en français».

Lire l’article dans le site Internet du Journal Metro