Louise Leduc  | La Presse

 

«Il faut moderniser et renforcer la Charte de la langue française», plaide Amir Khadir, le député de Québec solidaire à l’occasion des 40 ans de la loi 101. Il fait ici écho à la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, qui le pense aussi.

Largement souligné, du moins dans le Québec francophone, cet anniversaire a donné lieu à un rassemblement organisé aujourd’hui par la Société Saint-Jean-Baptiste, à Montréal.

« La langue française est un ciment important de notre collectivité, a dit Amir Khadir. Il y a vraiment de quoi être fier du fabuleux legs du docteur et ministre Camille Laurin et du mouvement qui l’a porté à élaborer la Charte de la langue française. C’est un outil incommensurablement précieux que le ministre Laurin a mis au service d’une nation en plein essor. Son travail et sa vision doivent nous inspirer.»

Amir Khadir s’inquiète cependant du déclin du français confirmé par les recensements et par diverses études.

Le Bloc québécois a lancé ces derniers jours une série de consultations sur la langue française. D’emblée, Martine Ouellet plaide pour un élargissement de l’application de la loi 101 pour inclure toutes les entreprises qui relèvent du Code canadien.

Selon un sondage Léger publié dans Le Devoir, 53 % des répondants francophones et 60 % des Québécois en général souhaiteraient au contraire un assouplissement de la loi 101, du moins pour permettre un accès plus facile aux écoles anglophones au primaire et au secondaire.

 

 

 

SOURCE