Quelques dizaines de personnes ont souligné, par une marche silencieuse jusqu’à l’ancienne prison au Pied-du-Courant, le 171e anniversaire de l’exécution des chefs patriotes.

Selon Mario Beaulieu, Président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, leur lutte mérite d’être commémorée pour davantage que sa seule dimension nationaliste.

Les patriotes se battaient pour la démocratie parlementaire, pour la souveraineté du peuple. C’étaient d’authentiques révolutionnaires qui sont morts pour la liberté, pour la démocratie.
— Mario Beaulieu


Le 14 février 1839, Marie-Thomas Chevalier De Lorimier et quatre autres patriotes apprenaient qu’ils seraient pendus le lendemain.

Ils avaient été jugés coupables de haute trahison envers la Couronne britannique pour leur participation aux insurrections de 1837 et 1838.

Lire l’article dans le site Internet de Radio-Canada