Article de Josianne Desjardins paru dans le journal 24 H le 12 novembre 2010.

Interrogé à savoir si le jour du Souvenir devrait être repensé en fonction des nouveaux combattants québécois, Mario Beaulieu, président général de la Société St-Jean-Baptiste, juge qu’il s’agit surtout d’un « devoir de mémoire ».

Même si les vétérans de la première guerre ne sont plus parmi nous, on essaie de les honorer à chaque année. Les cérémonies ont été longtemps anti-militaire. On ne reconnaissait pas tellement les enjeux qui dépassent ces questions », soutient-il.
À son avis, les nouveaux combattants auront aussi, à leur tour, droit à un hommage. « Dans les conflits plus récents comme en Afghanistan, c’est encore très émotif ».

Lire l’article dans le site du 24 H