Le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault (archives) Photo : Radio-Canada

Les étudiants de la future faculté de médecine de l’Université McGill en Outaouais ont le droit de faire leur parcours universitaire en français seulement, selon trois organismes de défense de la langue française.

Impératif français lance, mercredi, une campagne publicitaire, en collaboration avec la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et le Mouvement Québec français, afin de s’opposer à ce qu’une partie de l’enseignement de la future faculté de médecine soit donnée en anglais.

 

À écouter :  Entrevue avec Jean-Paul Perreault à l’émission Les matins d’ici

 

« Le gouvernement Couillard veut leur [aux étudiants] imposer 18 mois de cours en anglais donnés à distance par l’Université McGill, une institution de langue anglaise. […] Dites-le, ça n’a vraiment aucun bon sens », peut-on entendre dans la publicité.

L’Université McGill prévoit que 92 % de la formation sera donnée en français (en tenant compte du parcours complet des étudiants, en incluant la résidence).

Les organismes souhaitent que Québec agisse pour remédier à la situation.

On ne peut pas laisser passer ça. C’est toute la francophonie qui est interpellée par la situation.

Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français

Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français, craint que d’autres situations comme celle-ci voient le jour dans d’autres régions du Québec. Il estime que les facultés de médecine de la province ne devraient pas relever « d’universités incapables d’enseigner en français ».

Ça fait 200 ans que McGill existe. Où avez-vous vu McGill s’intéresser à l’enseignement en français au Québec?

Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français

M. Perreault juge que la faculté de médecine devrait être gérée par une autre université, ce qui ne retarderait pas le projet. « On a même ici, localement, une Université du Québec qui, je suis certain, serait capable en deux ans de monter un excellent programme de médecine. »

Interrogé sur cette question sur les ondes de Radio-Canada en septembre dernier, le premier ministre Philippe Couillard avait soutenu ne voir aucun problème à ce qu’une partie de la formation à la faculté de médecine soit en anglais.

Le maire souhaite un ajustement
En comité exécutif mercredi, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a dit souhaiter que l’enseignement se fasse uniquement en français au sein de la faculté.

« Prendre des cours en français à Gatineau, ça devrait aller de soi. J’espère que le gouvernement va s’ajuster pour que ça se fasse très rapidement à 100 % en français », a-t-il déclaré.

M. Pedneaud-Jobin a toutefois émis des réserves par rapport à la campagne d’Impératif français. « Je n’ai absolument rien contre McGill, si McGill est capable – et je sais qu’ils le font dans certains cas – de donner des cours en français. C’est ça qui compte. Je trouve que la campagne cible McGill », a-t-il expliqué.