Article d’Etienne Plamondon-Emond publé dans Le Devoir le 10 décembre 2011

Les prochaines années seront déterminantes pour les paysages ruraux du Québec. Une multitude de lois en révision les touchent directement et plusieurs grands projets menacent de les défigurer.

photo le Devoir

Gérald Domon souligne qu’on ne doit pas prendre soin de nos paysages seulement dans une optique de «conservation». La sensibilité pour les villages pittoresques des régions de l’Estrie, de Charlevoix ou de la Gaspésie est déjà bien aiguisée. Par contre, «il y a tout le reste du territoire québécois qui est souvent totalement occulté, négligé. Nous, on travaille beaucoup sur les territoires d’intensification agricole, les basses terres du Saint-Laurent. Il y a là beaucoup de choses à inventer, à créer, à développer. Je pense qu’une des choses auxquelles il faudrait penser, c’est non seulement de protéger un patrimoine, mais c’est aussi d’en créer un.»

Voir dans Le Devoir