Article de Dominique Frappier publié dans Vigile le 15 janvier 2012

PHOTO VIGILE

Pour être bien certains de ne plus jamais les revoir au Québec, tout en donnant l’impression au reste du monde d’être quand même ouverts et bons joueurs, faisons semblant de leur tendre la main en leur proposant une petite liste d’épicerie de tâches à accomplir pour leur permettre de regagner la confiance et le respect des Québécois.

Ainsi, pour amorcer le processus d’un espoir hypothétique que la population du Québec puisse un jour daigner commencer à même songer à tendre ne serait-ce qu’une infime fraction de début de lueur d’ombre de petit poil d’oreille à quoi que ce soit provenant de ce côté de la table, le PLC devra tout d’abord commencer

par reconnaître sa responsabilité en s’excusant solennellement pour les diverses « pèteries » suivantes :

1. Loi sur les Mesures de guerre et autres nombreuses manigances découlant du bureau du Premier ministre fédéral de l’époque visant à terroriser la population du Québec.

2. Sabotage agricole du fiasco de Mirabel par l’expropriation de ses terres cultivables.

3. Terrorisme économique lors du référendum de 1980.

4. « RaPETriement » de la constitution de 1982.

5. Démantèlement de la loi 101.

6. Coulage de l’Accord du Lac Meech.

Ils devront également s’excuser catégoriquement pour les chrétienneries suivantes :

1. Nuit des Longs couteaux.

2. Terrorisme économique lors des référendums de 1980 et de 1995.

3. Organisation de la marche dite « De l’Amour » en 1995.

4. Vol du référendum de 1995.

5. Non-respect de sa promesse du Discours de Verdun visant à amender la constitution canadienne dans le sens des intérêts du Québec suivant un vote pour le NON.

6. Adoption de la loi C-20, dite « Loi Dion sur la Clarté »

7. Scandale des Commandites lié aux fraudes jamais élucidées commises lors du référendum de 1995.

Voir sur Vigile.net