Reportage, Radio Canada, le 6 juin 2009. La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal se joint aux autres voix offusquées par la réaction de certains membres de la communauté anglophone à l’annonce de la candidature à la mairie de Louise Harel. Son président, Mario Beaulieu souligne que la ville de Baie-d’Urfé, en banlieue de Montréal, a longtemps été dirigée par une mairesse unilingue anglophone, Anne Myles, sans que cela ne soulève l’indignation des anglophones de Montréal.

Mario Beaulieu, qualifie d’intolérantes les réactions de plusieurs médias anglophones et de leurs auditeurs et lecteurs, notamment face à l’unilinguisme français de l’ex-ministre péquiste.

Il estime que le maire de Montréal doit d’abord et avant tout être jugé sur sa compétence et que parler plusieurs langues n’est pas essentiel pour diriger la seule métropole française d’Amérique du Nord.

Voir l’article sur radiocanada.ca