Vendredi dernier, 24 juin, jour de Fête nationale, dans le quartier d’Ahuntsic, au nord de Montréal, André Parizeau, a présenté au nom de la toute nouvelle Table régionale de convergence souverainiste, laquelle regroupe à la fois le Bloc québécois (BQ) d’Ahuntsic-Cartierville, les associations du Parti québécois (PQ) d’Acadie et de Crémazie, ainsi que la section Nicolas Viel de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal (SSJB), un discours patriotique beaucoup plus  » politique  » qu’à l’accoutumée, en pareil moment, et cela était voulu de la part des différentes composantes de cette toute nouvelle table de convergence.

Le tout fut suivi ensuite d’un pique-nique dans un parc attenant. André Parizeau, en plus d’être le chef du Parti communiste du Québec (PCQ), fut pendant plusieurs années président de la section locale de la SSJB et demeure toujours membre du Conseil de section; depuis peu, il est aussi président du BQ d’Ahuntsic-Cartierville, de même que membre de l’exécutif de l’association du PQ dans Acadie. Partout où il milite, le message est le même : travailler ensemble, se coordonner le plus possible. Ci-joint la copie du discours qu’il a prononcé le 24 juin; ci-joint également diverses photos prises lors de l’évènement.

Ce qui s’est passé ce jour-là, dans Ahuntsic, est un exemple de ce qui pourrait se répéter ailleurs sur une échelle encore plus grande.

 

de gauche à droite : Philippe Dujardin, qui est le nouveau président de la section Nicolas Viel de la SSJB), André Parizeau, qui prenait la parole à l'occasion de cet évènement, Céline Charbonneau qui est présidente de l'association du PQ dans Crémazie, et Alain Querry, qui est pour sa part président du PQ dans Acadie.

de gauche à droite : Philippe Dujardin, qui est le nouveau président de la section Nicolas Viel de la SSJB), André Parizeau, qui prenait la parole à l’occasion de cet évènement, Céline Charbonneau qui est présidente de l’association du PQ dans Crémazie, et Alain Querry, qui est pour sa part président du PQ dans Acadie.

 

Bonjour et bon matin ;
je me présente : André Parizeau.

AndreParizeau2Au nom du Parti québécois d’Acadie et de Crémazie, de la section Nicolas Viel de la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal, ainsi que Bloc québécois d’Ahuntsic-Cartierville, qui ont organisé cet évènement, j’aimerais en premier lieu vous remercier, tous et toutes, de vous être déplacés ici.

Cette convocation, en ce matin de Fête nationale, n’est pas fortuit. C’est fait exprès. Comme partout ailleurs, au Québec, depuis hier soir, nous voulons affirmer notre fierté d’être Québécois et Québécoises, de même que notre conviction profonde en notre capacité collective à se prendre en main, ce qui implique selon nous, en partant, de devenir souverain. Indépendant.

J’ai en même temps une annonce à vous faire, ainsi qu’un appel à vous transmettre.

Je ne vous ferai pas de longs discours sur l’importance du combat pour l’indépendance du Québec. C’est le propre de toutes les nations de viser à devenir pleinement souveraines. Il n’y a rien d’anormal là ; en fait, c’est le contraire qui le serait.

Plusieurs d’entre vous ont depuis longtemps cette question au cœur de leurs préoccupations. Ce que j’aimerais vous entretenir ce matin, c’est plus en lien avec la manière dont nous pouvons tous et toutes, ensemble, et ce , dès maintenant, contribuer, ici, dans Ahuntsic, à la relance de ce combat.

Avant de poursuivre sur cette lancée, nous allons commencer par organiser une petite cérémonie ; cela ne durera que quelques minutes. Nous allons faire une levée des drapeaux, avec, en toile de fond la fameuse chanson de Claude Gauthier qui s’intitule le « Le plus beau voyage ».

Ici dans Ahuntsic, c’est déjà une quasi tradition de faire jouer cette chanson dans le cadre des festivités de la Fête nationale et je vous invite à bien écouter les paroles, fortes de signification.

Nous, au PQ, au Bloc québécois, et à la SSJB, nous nous sommes demandés, au cours des derniers mois, comment nous pourrions le mieux contribuer à la relance du combat pour l’indépendance. La réponse est venue facilement : nous devions nous mettre ensemble. Il fallait quand même le faire.

Nous avons mis en place, au cours des dernières semaines, nous, nos 4 organisations, une table régionale de la convergence souverainiste. Nous avons convenu que, désormais, nous allions le plus possible coordonner nos efforts et nos actions dans le but d’en décupler l’impact. Cette table de convergence est en même temps ouverte aux autres organisations ou mouvements souverainistes qui pourraient vouloir s’y joindre.

La tenue d’un kiosque d’information, sur la Promenade Fleury, la fin de semaine dernière, ainsi que cette convocation, ce matin, se veulent un point de départ. Nous espérons tous que cela fera bien d’autres petits et que le tout ira aussi en crescendo avec un grand objectif central : les élections de 2018.

Nous voulons tout faire pour qu’en 2018 Crémazie soit à nouveau représentée à l’Assemblée nationale, par un ou une députée clairement souverainiste et que cela contribue d’un même souffle à y faire élire aussi, et enfin, une majorité de députés souverainistes. Nous sommes tous et toutes dûs pour cela.

Est-ce que nous ne serions alors pas, tous, et toutes, fiers d’appartenir à ce coin de patelin qu’est Ahuntsic ?

Nous, de notre côté, soient les officiers du PQ, du Bloc et de la SSJB, feront tout en notre possible, à partir de maintenant, pour que cela se réalise.

Nous sommes convaincus qu’il est possible de renverser la tendance. Cela ne sera certes pas facile. Cela ne se fera pas tout seul. Cela demandera beaucoup d’efforts. Mais cela en voudra assurément la peine car nous ne pouvons indéfiniment continuer à s’enfoncer dans le gouffre, comme c’est le cas présentement, bien malgré nous.

Et vous ? Que ferez-vous vous-mêmes ?

Sur votre rue, parmi vos ami-e-s, dans votre famille, vous pouvez vous fixer comme votre propre objectif de convaincre au moins 1 personne d’embarquer à son tour dans ce combat. C’était un des mots d’ordre lors de la campagne pour le référendum de 1995. Pourquoi ne pas le reprendre ? Pourquoi ne pas répandre l’idée aussi, le plus largement possible ?

Notre rôle doit être de se redonner, ensemble, confiance. Il faut arrêter de juste penser aux problèmes et aux obstacles.

À chaque problème, il y a toujours une solution, à condition bien sûr d’avoir la volonté politique d’aller de l’avant. « Arrêtons d’avoir peur d’avoir peur », comme disait Jacques Parizeau.

Vous avez délaissé quelque peu l’action militante ? Pourquoi ne pas décider de vous ré-impliquer ? Vous avez maintenant l’embarras du choix puisque, désormais, nous allons tous et toutes ramer dans la même direction.

C’est le temps. Arrêtons aussi de remettre les choses toujours à plus tard.

Cela adonne bien en même temps, puisque dès cet automne, dans chacune de nos organisations respectives, commenceront des débats autour de ce que devrait être la meilleure approche pour justement réaliser l’indépendance. Vous pourriez vous-mêmes participer à ces débats. Pourquoi pas ?

Au PQ, en plus, le choix du prochain chef se fera en octobre ; il y aura également une vaste consultation pour rediscuter de ce que l’article 1 du programme du PQ devrait maintenant contenir. Ce sera aussi l’occasion de parler de ce qui devrait être au centre de la future campagne électorale.

Au Bloc, une réflexion similaire, sur la meilleure stratégie à suivre, dans le contexte actuel, aura également lieu. Cela fait partie des décisions prises lors du dernier Conseil général du Bloc.

Vous avez déjà eu une carte de membre d’au moins 1 de nos 4 organisations, mais avez arrêté, un jour, de la renouveler. Pourquoi ne pas la reprendre ?

Au nom du PQ, du Bloc, et de la SSJB, je peux dans tous les cas vous promettre une chose : dès cet automne, vous allez entendre de plus en plus parler de nous. C’est sûr. On va mettre les bouchées doubles.

À tous et toutes, je nous souhaite, collectivement, non seulement une très belle fin de Fête nationale, mais aussi, et à partir de maintenant, de futures Fêtes nationales qui seront toutes encore plus enthousiasmantes.

Je vous rappelle qu’il y aura à partir de 13 heures, au centre-ville, le traditionnel défilé de la Fête nationale.

Merci !

André Parizeau
Pour le PQ Acadie, le PQ Crémazie, le Bloc québécois dans Ahuntsic-Cartierville, et la section Nicolas Viel de la SSJB.