Article d’Anabelle Nicoud paru dans La Presse du 19 octobre 2010.

«En ce moment à Québec, M. Charest, Mme Saint-Pierre et M. Fournier ne sont pas seulement en train de bâillonner l’opposition, ils veulent mettre un bâillon sur l’avenir du français au Québec», a lancé Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, sur la scène installée sur l’avenue partiellement fermée à la circulation.

«Il y a des mesures d’exception de la loi 101 qui ne doivent pas être étendues. On va permettre à des citoyens d’acheter le droit de la contourner, estime M. Beaulieu. Il faut renforcer la loi 101 plutôt que l’affaiblir, surtout dans un contexte de déclin du français à Montréal et au Québec.»

Lire l’article dans La Presse