Article de Denis Lessard dans La Presse du 9 juin 2009
Selon Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, le projet de Mme Marois va dans la bonne direction, mais reste incomplet. «Il faudra des revendications claires pour que les gens comprennent concrètement ce qu’on ne peut pas faire dans le fédéralisme.» Par exemple, Mme Marois devrait proposer clairement que le gouvernement ne communique qu’en français avec les entreprises. Aussi, elle devrait s’engager sans équivoque à ce que la loi 101 s’applique à l’admission au cégep. «Pour mobiliser, il faut plus que des concepts abstraits, il faut que les gens voient l’impact tangible», selon M. Beaulieu. «Il faut une campagne réelle pour la souveraineté. Pour sortir de l’attentisme comme le veut Mme Marois, cela prend une campagne avec du porte-à-porte et des rassemblements», a dit M. Beaulieu.

Lire l’article sur cyberpresse: