Article de Richard Gagné publié dans Le Soleil le 14 janvier 2012

Petits et grands gestes du gouvernement Harper font que le Canada se sépare chaque jour un peu plus du Québec et j’ose espérer que cela finira par un référendum conservateur rejetant l’infâme Québec. Quelle joie!

photo soleil

En effet, depuis le 2 mai dernier, on ne compte plus les politiques anti-Québec de Harper, mobilisant même des ministres québécois pourtant fédéralistes pour aller défendre à Ottawa les positions du Québec contre la loi C-10 sur la réforme du code criminel et contre l’abolition du Registre des armes à feu. On peut aussi évoquer l’attribution du contrat du siècle pour la construction de navires qui a échappé à la Davie sous le couvert d’un comité bidon derrière lequel Harper et ses ministres se sont cachés pour se justifier. Heureusement, Harper a été freiné par la Cour suprême dans le dossier de l’organisme canadien unique de contrôle des valeurs mobilières qu’il voulait imposer aux provinces et auquel le Québec s’opposait…

Les petits gestes peuvent sembler anodins mais sont tout aussi significatifs en illustrant aussi bien notre différence, si l’on tient compte de nos réactions par rapport à celles du reste du Canada (ROC), comme la mise en évidence de la Royauté dans les forces armées, la propagation de l’image de la Reine dans les édifices d’Harper et nos ambassades, dont le remplacement de deux tableaux du Québécois Alfred Pellan par un portrait de sa Majesté dans le foyer du ministère des Affaires étrangères à Ottawa sans aucune réaction du ROC, la visite de Kate et William, les démonstrations militaires à Ottawa pour les Forces de retour de Lybie et à l’été qui vient, la commémoration de la guerre de 1812 des Anglais contre les Américains, encore avec de la visite royale.

Je ne parle pas des modifications aux droits d’auteur, qui constituent un recul par rapport à la situation que l’on connaissait et contre lesquelles les artistes et créateurs québécois en particulier se sont mobilisés sans succès, ni des coupes à prévoir pour Radio-Canada…

Les Québécois, cependant, ont aussi posé un geste de séparation et je veux parler de l’élection des 59 députés du NPD qui deviendront majoritairement souverainistes après ces quatre années passées au Canada. Cela sera particulièrement vrai si M. Mulcair n’est pas élu chef de ce parti.

Tout cela mis ensemble conduit à notre souveraineté et il est souhaité que le Canada nous dise enfin de le quitter… Continuez, vous êtes sur la bonne voie, M. Harper.

Voir dans Le Soleil