Article de Catherine Handfield paru dans La Presse du 1er mars 2010.

Les Jeux olympiques de Vancouver se sont terminés sur une note festive, hier soir. La cérémonie de clôture, qui a mis en vedette de nombreuses stars de la musique canadienne, a fait un peu plus de place au français que la cérémonie d’ouverture.

Hier soir, même Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, a convenu que le comité organisateur des Jeux avait fait un «certain progrès».

«On voit qu’il y a eu un effort pour sauver les apparences», a dit M. Beaulieu, qui qualifie malgré tout la présence du français pendant les Jeux de «famélique».

La cérémonie de clôture a été lancée à 20 h 30 après une autre journée faste pour le Canada. Un peu plus tôt, l’équipe de hockey masculine a remporté la médaille d’or aux dépens des États-Unis, portant à 14 le nombre de titres obtenus, un record des Jeux.

C’est donc dans une ambiance festive que la délégation canadienne a fait son entrée au BC Place Stadium devant quelque 60 000 spectateurs. Sous des applaudissements à tout rompre, Joannie Rochette a eu l’honneur de porter le drapeau canadien, les yeux brillants et le sourire aux lèvres.

La cérémonie a mis un certain temps à décoller, mais sa gaieté contrastait avec le moment de silence de la cérémonie d’ouverture en l’honneur de Nodar Kumaritashvili, lugeur géorgien qui s’est tué dans les heures précédant le début des Jeux.

Sur le thème «I am Canadian», le spectacle a offert des performances de plusieurs vedettes canadiennes, dont Neil Young, Avril Lavigne, Alanis Morissette et le groupe Simple Plan.

Entre les performances en anglais se sont glissés quelques numéros en français, dont celui résolument québécois de la Bottine Souriante. Marie-Mai s’est produite en fin de soirée, en interprétant sa chanson Emmène-moi.

Les chanteurs Eva Avila, Nikki Yanofsky et Derek Miller ont interprété quelques couplets en français dans la chanson d’ouverture Let’s Have a Party, écrite pour l’occasion. Enfin, la délégation canadienne a fait son entrée dans le stade peu de temps après sur l’air de La maison est grande du groupe québécois Kaïn.

Rappelons que la cérémonie d’ouverture avait suscité une importante controverse entourant la place du français. Le chanteur Garou avait été le seul artiste québécois à présenter un numéro en français.

Humour et Russie

En ouverture, les organisateurs ont fait un clin d’oeil humoristique aux ratés de la cérémonie d’ouverture. Un clown est sorti de l’ouverture de la quatrième colonne de la flamme qui ne s’était jamais levée le 12 février.

Armé d’outils, il a branché deux fils électriques pour faire lever la grande pièce métallique. Puis, sortie du plancher, la patineuse Catriona Le May Doan a enfin pu allumer la flamme.

Après la traditionnelle cérémonie de passation du drapeau, les millions de téléspectateurs dans le monde ont eu droit à un avant-goût des prochains Jeux d’hiver.

Le spectacle de présentation de Sotchi, l’un des moments forts de la cérémonie, était entrecoupé de célébrations en simultanée en Russie. Les patineurs Tatyana Navka et Roman Kostomarov, champions en danse en 2006 à Turin, ont offert une performance féerique.

Samedi, en conférence de presse, le directeur du comité d’organisation de Sotchi a dit vouloir présenter au monde une Russie nouvelle. «Le projet olympique est le meilleur catalyseur pour l’avancement d’une société sous tous les aspects», a affirmé Dmitry Chernyshenko.

Lire l’article dans le site Internet de La Presse