Communiqué paru dans L’Aut’Journal du 13 avril 2011.

La SSJB considère que le financement et l’accès illimités aux cégeps publics anglophones nuit à l’intégration des allophones et à la cohésion sociale. À l’ère de l’économie du savoir, il est crucial de mettre fin au sous-financement des réseaux collégial et universitaire de langue française au Québec. Comme dans la plupart des États développés à travers le monde, la langue nationale doit constituer la voie de la réussite économique et sociale à l’intérieur du Québec. Il y a urgence d’agir.

Lire l’article dans l’Aut’Journal


   Articles pertinents :