COURAGE !   ÇA VA BIEN ALLER !  

 

 

Qui aurait cru qu’un aussi petit parasite, d’à peine quelques dizaines de nanomètres, puisse nous bouleverser à si grande échelle !

Telle est pourtant la triste réalité. Depuis quelques mois, l’humanité toute entière se trouve ainsi frappée en plein visage par une pandémie que nul n’avait vu venir. Décidément, dame nature nous sert ici une grave leçon d’humilité, qu’il restera encore à méditer sérieusement, pour la suite du monde…

Comme toutes les nations, le Québec subit lui aussi ce fléau nommé coronavirus.

Aussi longue et pénible que soit la bataille, je suis confiant que nous vaincrons ! Ensemble, nous l’aplanirons, cette courbe, et le plus tôt sera le mieux !

Après tout, le Québec en a vu d’autres. La résistance, la ténacité, la solidarité figurent assurément au nombre des qualités qui composent notre ADN collective, déjà aguerrie au fil des hivers et autres intempéries de notre histoire.

Ces dernières semaines, c’est justement cet esprit de combativité qui s’est fait ressentir, à travers le formidable arsenal de détermination que nous avons su déployer nationalement. Car, faut-il le souligner, c’est nulle part ailleurs qu’en notre propre oïkos, notre propre maison nationale, le Québec, que tout naturellement, nous aurons trouvé notre véritable point d’ancrage et de ralliement pour affronter ce mal planétaire qui nous assaille. Et pour cause : n’est-on jamais aussi bien servi que par soi-même ? Et ne serions-nous pas encore infiniment mieux servis si le Québec acquérait enfin le statut de pays, lui qui à l’évidence en possède déjà toute la stature…

Cela dit, je tiens à rendre hommage à notre premier ministre, monsieur François Legault, pour son extraordinaire sens des responsabilités dans la gestion de cette crise, ainsi qu’à notre excellente ministre de la Santé, madame Danielle McCann, sans oublier bien sûr le très solide Dr Horacio Arruda, directeur de la Santé publique.

Le Québec n’est jamais aussi beau et fort que lorsqu’il s’unit dans l’intérêt commun.

Or, c’est dans cet intérêt commun que tous et toutes (ou presque…) ont accepté de faire les sacrifices qui s’imposent. J’implore chaque Québécois, chaque Québécoise de poursuivre dans cette voie, en respectant scrupuleusement les directives de nos autorités gouvernementales.

Chez les plus pauvres et les plus vulnérables d’entre nous, je suis conscient que de tels sacrifices n’ont rien d’anodin. Dans certains foyers, chaque jour amène son lot de drames. Cela, on ne saurait le perdre de vue. Je songe notamment à la situation de nos aîné.e.s, des personnes handicapées et de tous nos concitoyens.nes pour qui l’isolement forcé pèse significativement plus lourd moralement.

Mes pensées vont aux proches de ceux et celles qui, tristement, sont tombés aux combats, de même qu’aux malades qui luttent actuellement pour leur vie, comme c’est le cas, hélas, d’un de nos membres les plus vaillants.

Je transmets également mes ondes positives aux salarié.e.s ayant perdu leur emploi, aux travailleurs.ses autonomes qui en arrachent, aux parents mais surtout aux mères qui en ont plein les bras à la maison alors que l’école et les services de garde sont suspendus, sans oublier les étudiants.tes post-secondaires dont les malheurs personnels et professionnels liés à la pandémie compliquent leur vie académique.

Je ne peux que saluer à mon tour tous celles et ceux qui, dans les hôpitaux, les cliniques, les CLSC, les CHSLD, les centres de jour, les foyers de personnes âgées, les organismes communautaires, etc., vont chaque jour au front pour freiner la propagation. Merci aux aidantes et aidants naturels, aux infirmières, aux médecins, aux chercheur.e.s, aux ambulanciers.ères, aux intervenant.e.s sociaux, aux psys, à tout le personnel du réseau de la santé et des services sociaux… Vous faites un travail proprement héroïque ; patriotique.

Enfin, mes hommages à tous les travailleurs et travailleuses des services essentiels sur qui nous pouvons compter pour continuer à vivre un tant soit peu normalement. Commis d’épicerie, de dépanneur, de pharmacie ; agents et agentes de transport d’aliments ; responsables du transport en commun ; journalistes et professionnels du milieu de l’information, et j’en passe.

Dernièrement, j’ai eu le bonheur d’échanger par téléphone avec un grand nombre de nos compatriotes. En effet, sur résolution de notre conseil général, la permanence a entrepris de communiquer avec un maximum de nos membres et sympathisant.e.s, ne serait-ce que pour prendre le pouls de la situation et, s’il le faut, apporter réconfort à ceux et celles qui en ont le plus besoin, en cette dure période de confinement.

Déjà, je dois dire que je suis impressionné par l’aplomb dont vous faites preuve, et encore davantage par votre sens de l’engagement qui est tout à votre honneur.

Entre autres choses, plusieurs se demandent comment aider ; comment contribuer à l’effort de guerre, depuis leur salon ou leur cuisine… Or, nous vous encourageons à vous impliquer dès maintenant auprès de la Fédération des centres d’action bénévole du Québec, que nous appuyons à 101 % et qui sera sans doute heureuse de pouvoir compter sur l’apport des meilleurs militants et militantes de la nation : ceux de la SSJB !

Pour prendre part à l’opération « Je bénévole », il suffit de s’inscrire ici.

D’autre part, la SSJB tient à réitérer son engagement envers l’économie nationale en insistant sur l’importance de l’achat local. L’actuelle pandémie constitue une occasion de revoir nos habitudes et de sélectionner systématiquement des produits d’ici. Vu les conséquences potentiellement très dommageables de la pandémie sur notre vie économique, il est essentiel de privilégier les biens et services signés « faits au Québec », quitte à payer plus cher dans certains cas, du moins pour ceux et celles qui peuvent se l’offrir.

Au courant des prochaines semaines, la SSJB soutiendra par ailleurs différentes initiatives afin de promouvoir la culture québécoise et de faire connaître notre histoire nationale. Entre autres, nous proposerons à la population de visionner différents films et documentaires en lien avec la langue française, la question nationale et le combat pour l’indépendance.

En ce qui a trait à la Journée nationale des Patriotes et à la Fête nationale du Québec, nous vous invitons à rester à l’affût des informations qui seront communiquées en temps opportun.

 

Encore une fois, courage !

Gardons confiance.

Gardons la tête froide.

Gardons le moral.

Bientôt, ce cauchemar sera derrière nous, et alors nous serons fiers d’avoir consentis tous les efforts et les sacrifices pour arracher cette nécessaire victoire.

Car oui, nous vaincrons !

 

Signature Maxime Laporte

Me Maxime Laporte

Président général, Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal

 

 

Si vous avez besoin d’assistance

vous pouvez  compter sur la SSJB

 

Malheureusement, nos bureaux sont fermés

mais vous pouvez toujours nous joindre:

 

Téléphone : 514 843-8851 poste 224

 

 Courriel : info@ssjb.com

Vous pouvez aussi compléter

ce formulaire :

Quelle est votre section?


Vos renseignements :