Chronique de Richard Martineau, Journal de Montréal et Canoe.ca, le 25 décembre 2011

Après avoir lu ma chronique de mercredi, ma blonde m’a dit : « Après avoir pourfendu ceux qui se mettent à plat ventre, pourquoi ne pas célébrer ceux qui se tiennent debout ? » D’accord, voici ma liste.
En première position : Djemila Benhabib, qui se tient debout depuis des années contre les fondamentalistes religieux et leurs idiots utiles.
Deuxièmement : Jasmin Roy, qui encourage les jeunes à se tenir debout contre les intimidateurs.
Troisièmement : Mario Beaulieu de la Société Saint-Jean-Baptiste.

Qu’importe si pour certains, défendre le français est ringard, comme danser le rigodon ou chiquer de la babiche — j’aime qu’en Italie, on parle italien, qu’au Japon, on parle japonais, et que dans la deuxième ville francophone du monde, on ne m’aborde pas en disant « Bonjour, Hi », mais simplement « Bonjour ». Dit-on « Hi, bonjour » à Toronto ?

Quant aux « citoyens du monde » qui croient être sortis de la cuisse de Jupiter : pourquoi détestez-vous tomber sur un Macdo quand vous visitez l’Inde ou le Viet Nam, mais frissonnez de plaisir quand on vous aborde en anglais chez vous ? Les identités culturelles fortes, c’est bon pour les autres mais pas pour nous, c’est ça ?

Vous voulez voir l’Allemagne quand vous visitez l’Allemagne, la Grèce quand vous visitez la Grèce mais le monde quand vous faites le tour du Québec ?

Voir dans le site canoe.ca


   Articles pertinents :