Article de Vanessa Guimond paru dans 7 jours le 8 avril 2010.

La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, ses partenaires, des groupes de défense du français, ainsi que de nombreux artistes prendront part à un grand rassemblement qui aura lieu le 11 avril prochain, à 13 h, au Monument national.

Danielle Proulx, Vincent Bilodeau, Geneviève Rioux, Pierre Curzi, Dominique Pétin, Sylvie Potvin et Patrice Coquereau comptent parmi les personnalités qui prendront la parole lors de cet événement animé par le comédien Denis Trudel.

Baptisé Québec vs Cour suprême : la Loi 101, notre seule voix, ce rassemblement marquera le début d’une offensive contre le jugement de la Cour suprême du Canada, rendu en octobre 2009, qui a invalidé certaines dispositions de la Loi 101 limitant l’accès aux écoles anglophones.

Parmi celles-ci : la Loi 104, une mesure adoptée en 2002 par le gouvernement de Bernard Landry afin d’éliminer la ruse des « écoles passerelles » qui a permis à des milliers de parents non anglophones de réclamer le droit à une éducation en anglais pour leurs enfants.

«Ce que nous attendons, c’est que le gouvernement se prononce et qu’il applique la Loi 101 aux écoles privées non subventionnées de façon à ce que ce ne soit pas possible de contourner cette loi, a affirmé le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal Mario Beaulieu. Les milieux scolaires sont au coeur de la Loi 101 et se sont eux qui ont le plus d’impact sur les transferts linguistiques.»

Les mots à l’honneur

En plus d’avoir reçu le mandat d’animer l’événement, Denis Trudel s’est aussi vu confier la mise en scène du spectacle qui sera présenté pour l’occasion. Souhaitant mettre les mots en vedette, le comédien a entre autres invité les artistes à venir lire des textes de personnages marquants tels Henri Bourassa et Lionel Groulx.

«Nous avons monté ce spectacle pour dire aux gens que la lutte pour la sauvegarde du français au Québec doit s’amorcer. Le français est une langue fragile, même si la Loi 101 existe, a expliqué Denis Trudel. Nous allons donc présenter des textes et des images d’archives de personnalités comme René Lévesque et Pierre Bourgault pour montrer aux gens que nous menons une lutte constante. En nous rappelant certaines choses, nous allons constater que rien n’est jamais gagné.»

Pour les artistes invitées Sylvie Potvin et Dominique Pétin, participer à l’événement semblait tout naturel, puisqu’elles affirment toutes deux être de grandes amoureuses de la langue française.

«Je peux constater la perte des services en français à Montréal et ça me désole, a confié Sylvie Potvin. Je tiens beaucoup à cette langue et je crois en l’importance de militer et de se prononcer pour l’utilisation du français ici, à Montréal, mais aussi dans l’ensemble du Québec.»

«Mon outil de travail, c’est les mots. Pour moi, c’était donc tout à fait normal de défendre plusieurs textes dimanche prochain, a déclaré d’emblée Dominique Pétin. Je crois encore au pouvoir du nombre et je pense que de descendre dans la rue pour notre identité culturelle, c’est fondamental.»

Lire l’article dans le site Internet du 7 Jours


   Articles pertinents :