Les Québécois ont intérêt à ce que les dirigeants des organismes responsables du suivi de la situation linguistique et de l’application de la loi 101 puissent agir en toute indépendance.

 

 

SOURCE:  QUB radio