Joseph Facal : « En langage clair, nous finançons notre propre assimilation, l’anglicisation des allophones et la prolétarisation croissante des francophones sur le marché du travail montréalais… comme jadis. »

Article complet dans LE JOURNAL DE MONTRÉAL