Les Québécois sont devenus, culturellement, parfois plus anglophones que les anglos eux-mêmes.

Lire l’article dans LE DEVOIR