Robert Laplante | Le Devoir

 

Il faudra donc attendre jusqu’au début de juin pour voir clair dans ce qui se joue en creux dans la crise qui secoue le Bloc québécois. Comment diable peut-on tenir des mois à palabrer sur une pseudo-polémique qui oppose la promotion de l’indépendance à la défense des intérêts du Québec ? Comment, sinon en refusant d’affirmer un argument de base du combat national : il faut sortir du Canada parce qu’il nous aspire dans des choix et orientations contraires à nos intérêts nationaux.

Certes, le Canada n’est pas le goulag, pour reprendre la formule tristement célèbre de René Lévesque, mais il est à coup sûr un régime qui a consacré notre minorisation. On ne peut s’y endurer qu’en en payant le prix. Se battre pour les intérêts du Québec, c’est se battre pour l’indépendance. C’est pourtant évident : chaque compromis arraché de haute lutte ou accordé avec condescendance n’est jamais qu’une manifestation supplémentaire de la victoire de l’intérêt canadian. Quand ce n’est pas le cas, Ottawa ne cède rien.

«Prétendre que l’indépendance divise alors qu’elle doit rassembler, c’est fondamentalement tenir la place et le point de vue de l’adversaire»

 

La bonne solution

Prétendre que l’indépendance divise alors qu’elle doit rassembler, c’est fondamentalement tenir la place et le point de vue de l’adversaire. Seul l’intérêt national peut unir et unifier. Et il ne peut y avoir deux versions de l’intérêt national dans un même Canada. On peut penser ruser en jouant du compromis sur l’accessoire, mais quand ça compte, c’est Ottawa qui tranche. Dans le cas québécois comme dans les autres. Il faut croire Trudeau quand il affirme que le pipeline Kinder Morgan est la bonne solution. Le Canada est un pétro-État et son intérêt national a pour socle les ressources fossiles.

Ce qui est vrai du pétrole l’est pour le reste : le financement des universités, la politique économique, la culture, la fiscalité, etc. Les résignés du compromis grignoté sur l’ordre canadian ne défendent pas le Québec, ils le traitent en bonne pâte, en matériau pour les intérêts des autres.

Après plus de vingt ans de silence et de censure, la culture politique du mouvement indépendantiste est en lambeaux, appauvrie et amnésique. Nombre de militants et de citoyens ne savent plus lire ni la conjoncture ni notre place dans le Canada réel. Il ne reste plus que le babillage radio-canadien et, hélas, chez l’immense majorité des politiciens, qu’une rhétorique décatie pour dire notre condition politique dans le Canada. Certains jurent la main sur le coeur qu’ils seront indépendantistes le jour d’un éventuel référendum, d’autres s’imaginent qu’aucune perte ne sera jamais assez grande pour entamer notre dynamisme vital. Tous se perdent à jouer l’avenir à crédit en se payant de mots. Toute une génération a été socialisée sur un discours de restriction mentale qui tentait de faire croire qu’un combat avance mieux quand on ne le mène pas, qu’une proposition devient plus convaincante quand on n’en parle pas.

Question de rhétorique

L’indépendance est une conquête de tous les instants qui se mène sur tous les fronts. Qui passe d’abord par la capacité de bien nommer les choses. La rhétorique creuse tient lieu de délibération collective. Pas étonnant que le discours d’indépendance ait été interprété comme le retour d’une vieille rengaine. Les incantations nous enfoncent dans l’impuissance. Telle est la logique perverse du consentement à la minorisation, il y a toujours un argumentaire pour se justifier de penser qu’il y a moyen de moyenner en attendant un moment qu’on ne fixe pas et qui pourtant servira d’argument butoir : le référendum qui ne murira qu’au même rythme que le fruit constitutionnel…

Ce qui se jouera au référendum du Bloc québécois, c’est le retour ou la relégation d’un cadre de pensée et d’une conception de l’action, nommés dans un langage qui ne sacrifie rien aux voeux pieux ou qui s’y enferme. Il y en aura plusieurs pour penser qu’une défaite sera une victoire. Ceux-là goûteront le soulagement temporaire de la soumission. Un Bloc tourné vers la défense des intérêts du Québec en attendant qu’un référendum surgisse d’on ne sait quelle manoeuvre politicienne ne fera qu’entonner l’hymne des fossoyeurs. Et il s’en trouvera toujours pour redire qu’avec plus de mesures dilatoires la politique nous éviterait bien des chicanes. En prime, elle pourrait faire les beaux jours des aspirants gérants d’une dépendance et elle les déporterait dans une insignifiance folklorique.

On a beau dire, on a beau faire, un peuple se gouverne ou il est gouverné. Si quelques-uns peuvent penser s’en tirer, l’histoire enseigne que les vaincus n’habitent leur malheur que dans les mots des autres. Rosaire Morin disait ceci : pour avoir une idée de l’avenir, il faut avoir de l’avenir dans les idées. Pour faire l’indépendance dans les faits, il faut qu’il y ait une idée de la liberté dans ce qu’il faut avoir le courage d’entreprendre.

Nous saurons bientôt où logeront le courage et le dur désir de durer. Et avec qui il faudra recommencer. Car toujours l’indépendance restera à faire tant qu’elle ne sera pas faite.

 

 

SOURCE