Article de Joany Dufresne publié dans L’Appel le 2 février 2012

Les applaudissements ont retenti dans les corridors du Pavillon Charles-De Koninck aux alentours de 12h30 aujourd’hui. L’espoir de 200 jeunes souverainistes s’est fait ressentir dès que Jean-François Lisée a conclu sa conférence. «Le oui aurait gagné», dit-il, s’il y avait un référendum aujourd’hui. Tel est le message qu’il est venu transmettre aujourd’hui aux étudiants sur l’invitation de l’Association du Parti québécois de l’Université Laval.

photo l'appel

Pourquoi la souveraineté est-elle probable ?C’est avec conviction et humour que l’ancien conseiller des premiers ministres du Québec, Jacques Parizeau et Lucien Bouchard, a exprimé son point de vue face à la souveraineté de la province au groupe attentif.

L’indépendance du Québec est «envisageable» et «inévitable» a déclaré Lisée au terme de son analyse sur la situation du mouvement souverainiste. «À mon avis, il faut enlever le Je me souviens sur les plaques d’automobiles pour le remplacer par deux maximes : Il y a toujours moyen de monnayer et Il y a un bout à tout», affirme-t-il.

Voir dans l’Appel


   Articles pertinents :