Article de Joël-Denis Bellavance et Vincent Marissal publié dans La Presse le 23 décembre 2011

Le gouvernement Harper tient à célébrer avec faste le 60e anniversaire de l’accession au trône de la reine Élisabeth II et tente de conscrire tous les députés et sénateurs dans une opération visant à faire mousser l’enthousiasme chez les Canadiens pour ce fait d’armes, a appris La Presse.

Le ministre du Patrimoine, James Moore, a récemment fait parvenir aux députés de toutes les allégeances politiques, y compris ceux du Bloc québécois, une trousse de matériel promotionnel visant à souligner le jubilé de diamant de la reine en 2012. Tous les députés du Québec, où la monarchie est la moins populaire, ont également reçu le colis du ministre du Patrimoine.

photo La Presse

La trousse comprend des affiches et des portraits de la reine, des épinglettes et «une première livraison» de 100 petits drapeaux de papier portant l’emblème du jubilé de diamant.

Le jubilé de diamant présente une opportunité pour les Canadiens de célébrer nos traditions, notre histoire, nos symboles, nos valeurs et nos institutions, plus particulièrement concernant le rôle de la Couronne au Canada», peut-on lire dans la note envoyée aux députés et sénateurs par le ministre Moore. La Presse a obtenu cette note hier.

La trousse envoyée aux députés et sénateurs comprend également des modèles de discours, des messages clés à souligner de même que des extraits de textes qui peuvent être utilisés dans les bulletins parlementaires qu’ils envoient dans leur circonscription.

Au début du mois de décembre, le ministre James Moore a annoncé que le gouvernement Harper consacrera 7,5 millions de dollars afin de célébrer le 60e anniversaire de l’accession au trône de la reine Élisabeth II, qui demeure le chef d’État en titre du Canada. Les célébrations du jubilé de diamant au pays commenceront le 6 février et se poursuivront toute l’année.

Est-ce que ça se recycle, au moins?», a lancé à la blague un député libéral au sujet des petits drapeaux envoyés par le ministre du Patrimoine. Il a ajouté, plus sérieusement, qu’on ne «jette pas un drapeau».

Comme la majorité des députés des partis de l’opposition interrogés sur cette «offensive royale», ce député libéral ne comprend pas ce retour à la monarchie du gouvernement Harper, mais il gardera le matériel à son bureau, au cas où des citoyens réclameraient un drapeau, une épinglette ou une affiche. Mais il est hors de question d’en faire la promotion ou la distribution, toutefois.

Voir dans La Presse


   Articles pertinents :