Article d’Éric Duhaime paru dans le Journal de Québec le 2 novembre 2010.

Un étrange sentiment de dernier repas d’un ténor du mouvement souverainiste en compagnies de ses ex-collaborateurs et ex-collègues régnait vendredi soir dernier, lors de l’attendu discours de Joseph Facal devant la Ligue de l’Action Nationale.
Un de ses ex-disciples, le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Mario Beaulieu, le trahira sur place en l’accusant d’être à genou. Des membres de son ex-famille politique le renieront trois fois avant que le chant du coq. Finalement, sa crucifixion par les plus impatients et âgés ténors de l’indépendance ne saurait tarder.

Lire l’article dans le site du Journal de Québec


   Articles pertinents :