Ce qui nous frappe dans les tentatives de négation de notre nation par la Commission scolaire English-Montreal (CSEM), ce n’est pas seulement la démarche inusitée et provocatrice qu’elle initie, mais l’usage de deux mots : province et mirage.

 

«Nous devons insister pour que le Québec soit toujours désigné comme une “province”», écrit la CSEM. «L’intelligentsia québécoise utilise délibérément le mot “nation” de manière à évoquer une réalité qui n’existe que dans son propre mirage».

 

Ces deux petites phrases cristallisent toute la mauvaise foi et le discours haineux de la CSEM.

 

Le mot province vient du latin pro victis, qui signifie « territoire des vaincus ». Bien que nous vivons dans une province, opposer délibérément ce mot au concept de nation, c’est penser en colonisateur, c’est exprimer un mépris et une haine de la nation québécoise en cherchant à lui rappeler le statut de vaincu, une insulte grave.
Parler de “mirage” et de “prêt identitaire” constitue aussi une insulte délibérée à la nation québécoise. C’est une forme, disons-le franchement, de discours haineux.
La SSJB dénonce la CSEM pour ces mots outrageants et exige des excuses de la part de la CSEM.

 

Nous demandons à tous les partis réunis à l’Assemblée nationale du Québec de dénoncer fermement l’emploi d’un tel discours envers la nation québécoise.
Nous sommes une nation. POINT. L’indépendance est la seule solution.

 
Pour en savoir plus …