Saoud Maherzi | AVANTPREMIÈRE MTL

 

 

La Société St-Jean Baptiste (SSJB) a commencé au milieu du XIXème siècle comme une envie de donner accès au savoir à la population francophone du Canada. Ça a commencé par un souffle de culture et de savoir-faire pour et par les Canadiens français. Afin d’en savoir plus sur cette Société dont l’apport à l’Histoire du Québec est indéniable, nous sommes allés à la rencontre de son président, Me Maxime Laporte.

La SSJB de Montréal a été fondée par le journaliste Ludger Duvernay le 8 mars 1834. Photo: Avant-Première MTL

Au coin de Sherbrooke et Saint-Urbain, une grande bâtisse s’élève. En haut de la façade, deux drapeaux sont hissés : le fleurdelisé et le drapeau des patriotes. Devant la, demeure, une petite statue du général De Gaulle, enfin de son buste. Avant même d’entrer, le ton est donné. À l’intérieur, un décor très chic, boisé et massif. Des livres, des portraits à la gloire du Québec sont mis de l’avant. Je suis reçu par un réceptionniste. On me dirige vers un salon luxueux, le temps que M. Laporte arrive.

On nous amène au salon Lionel Groulx, où l’on s’assoit pour une longue discussion. La discussion traversera les années, les dates clés du Québec, les luttes et l’évolution de la SSJB. Au départ, la population francophone ‘’n’était pas suffisamment éduquée’’, elle n’avait pas accès aux hautes sphères de la société qui était en grande partie la chasse gardée de la ‘’bourgeoisie coloniale anglaise’’. Il fallait ‘’structurer’’ la société du Bas Canada d’alors, et mettre en place des actions pour ‘’outiller’’ cette population. À partir de ce souffle de savoir, la SSJB va susciter la création ‘’des Hautes Études Commerciales, de la première école de théâtre, de la première école technique, bien avant polytechnique’’. Mais pas seulement, au-delà de la quête de connaissance, la Société va s’employer à créer erses structures au sein de la société et qui influeront sur le quotidien de la population : ainsi, ‘’les premières caisses d’épargne, les premières mutuelles d’assurance-vie’’. Me Laporte rapporte également que la SSJB a été à l’origine du premier mouvement féministe francophone, au début du XXème siècle, avec la Fédération Nationale de Saint Jean Baptiste, qui participera au mouvement pour le droit de vote des femmes.

Me Maxime Laporte, président de la Société St-Jean Baptiste. Photo: Avant-Première MTL

 

Aujourd’hui, la SSJB revendique deux choses cruciales qui bâtissent et régissent son activité : D’abord, l’indépendance du Québec. Leur vision, nous dit Me Laporte, s’inscrit dans une défense ‘’du droit des peuples à l’autodétermination’’. Il faut que chaque peuple puisse ‘’s’épanouir dans leur culture, s’épanouir politiquement, s’épanouir économiquement’’ (sic). Ensuite, second fondement, la langue française. Pour le président de la SSJB, il faut que le français soit ‘’véritablement la langue commune au Québec’’. Il invoque dans ce sens une ‘’résistance à l’anglicisation’’.

‘’Je suis convaincu que les Québécois vont se réveiller’’

Pour mener tout cela à bien, la Société ne lésine pas sur les moyens, et tente d’inclure ses actions dans diverses sphères de l’activité publique. En économie, elle s’organise autour d’associations syndicales, ou des fondations comme la Fondation pour la langue française qui regroupe notamment des gens d’affaires. En politique, elle tente d’imposer le respect au gouvernement canadien en lui intentant divers procès. La SSJB se pose également en mécène de la culture québécoise. Elle décerne divers prix littéraires et culturels comme le prix Ludger-Duvernay du nom du fondateur de la Société et qui, d’après le site internet, récompense ‘’une personne qui s’illustre dans le domaine de la littérature’’ : littérature francophone bien entendu. Parmi les lauréats, on retrouve notamment Dany Laferrière, Gérald Godin et Jacques Godbout.

Ludger-Duvernay, fondateur de la SSJB. Photo: Avant-Première MTL

Lorsqu’on parle d’histoire du Québec, Maxime Laporte retient ‘’[qu’] on a été conquis et annexé par la force au Canada, il ne faut pas l’oublier. Ensuite de cela, tous les dictats constitutionnels qui se sont imposés à nous, nous ne les avons jamais avalisés’’. Pour M. Laporte, ‘’il faut comprendre les Québécois qui ont une réticence envers le multiculturalisme canadien’’ puisque ce même multiculturalisme finit par ‘’alimenter l’état d’affaiblissement de l’identité québécoise, de la cohésion nationale québécoise : un affaiblissement qui est déjà une réalité pour nous depuis très longtemps’’.

Ainsi, selon le président de la SSJB, malgré l’émancipation relative des Québécois en politique et en économie, malgré qu’ils aient obtenu, ‘’de peine et de misère’’, une forme d’autonomie politique, ‘’nous survivons, […] la langue française survit’’. Les divers problèmes du statut provincial du Québec ne sont pas réglés. Me Laporte invoque le projet Énergie Est sur lequel le Québec n’avait ‘’aucune prise’’, et déclare : ‘’si ça, ce n’est pas du colonialisme, je me demande ce que c’est ?’’.

La défense de la langue française est le second fondement de la SSJB. Photo: Avant-Première MTL

 

L’action de la SSJB pour rendre justice au peuple québécois lui semble donc fondamentale, compte tenu de l’Histoire et de ses répercussions actuelles. Quand on lui rétorque l’argument selon lequel les Québécois eux-mêmes ont moins d’attrait pour l’indépendance, il oppose des chiffres, ceux du PQ, de la CAQ, et de Québec Solidaire. Bien qu’on soit ‘’en crise latente’’, Me Laporte reste positif, et pense qu’avec un peu ‘’de culture politique et de sensibilité intellectuelle, et que ce dossier là soit porté un peu plus aux premières pages du journal’’ (sic), la situation peut changer en faveur de la ferveur souverainiste.

 

 

SOURCE