Michel David : « […] le fonctionnement de l’État lui-même doit cesser une fois pour toutes d’envoyer un message contradictoire aux immigrants. En janvier 2018, la Société Saint-Jean Baptiste a intenté une poursuite contre le gouvernement du Québec pour le forcer à mettre en vigueur une disposition que l’Assemblée nationale a ajoutée à la loi 101 de façon unanime en 2002 et qui imposerait aux divers ministères et organismes publics d’utiliser « uniquement » le français dans leur correspondance avec les autres gouvernements et les personnes morales établies au Québec.

 

En 2012, une étude du Conseil supérieur de la langue française révélait que seulement 44 % des communications entre le gouvernement et les allophones se faisaient en français. Dans le cas des formulaires, le français était utilisé dans seulement 36 % des cas. Rien n’indique que la situation ait changé depuis. Imposer l’utilisation du français au gouvernement devrait être la première mesure de la politique nationale de francisation recommandée par le rapport Samson. »

 

Lire l’article complet dans Le Devoir