Au premier plan Robert Dean, en compagnie de Pierre-Marc Johnson au congrès du Parti québécois en décembre 1981

Le ministre Robert Dean s’en est allé !

Fervent militant Anglo-québécois indépendantiste et ardent défenseur du droit des travailleurs, il restera une personnalité marquante de la vie politique et sociale du Québec.

Pensées pour tous ses proches, sa famille et aux militants.

Publié dans LE DEVOIR

Robert Dean, ancien ministre dans les gouvernements de René Lévesque et de Pierre Marc Johnson, est décédé. La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), où il avait travaillé pendant plusieurs années avant de se lancer en politique, a confirmé l’information jeudi.

Robert Dean, né le 26 octobre 1927 et diplômé de l’Université Sir George Williams en 1963, a longtemps été un symbole, puisqu’il était anglophone, indépendantiste et ministre péquiste. C’est aussi lui qui a parrainé le projet de loi qui a permis de créer le Fonds de solidarité de la FTQ, une idée du président du syndicat de l’époque, Louis Laberge.

Sa carrière syndicale l’a mené dans des batailles qui ont marqué l’histoire du syndicalisme au Québec, comme le violent conflit de travail à la United Aircraft et la bataille pour le français au travail à General Motors. Il a aussi contribué à la refonte des 24 unités d’accréditation syndicale à Hydro-Québec, après la nationalisation de l’électricité en 1962. C’est d’ailleurs là qu’il a rencontré René Lévesque, alors ministre libéral, et Jacques Parizeau, un haut fonctionnaire de l’État spécialiste des finances.

M. Dean a œuvré au Syndicat canadien de la fonction publique, affilié à la FTQ, puis aux Travailleurs unis de l’automobile. Il a été de toutes les grandes batailles syndicales, comme celle qui a permis d’adopter la formule Rand et l’interdiction du recours aux travailleurs de remplacement, ou briseurs de grève.

Il a été membre du Parti québécois dès 1969, un fait rare pour un anglophone. Il a été actif au parti dès le début des années 1970. René Lévesque l’avait invité à soumettre sa candidature en vue des élections de 1976, mais il avait refusé. Il s’était engagé plus activement dans la campagne référendaire de 1980. C’est finalement en 1981 que M. Dean a été élu député péquiste dans Prévost. Il a été député jusqu’en décembre 1985.