Maxime Laporte : « C’est carrément une politique de façade. Depuis l’adoption de la Loi 101, on est passé de l’affichage unilingue en français, au bilinguisme avec prédominance du français, et maintenant [c’est la présence suffisante du français]. »

 

Lire l’article complet du JOURNAL DE MONTRÉAL