« Le français au Québec perd du terrain et je ne suis pas fier de ça. Il faut que l’État québécois mette de l’avant plusieurs mesures pour s’assurer de protéger notre langue », a affirmé le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette.

 

(Québec) Alors que près de 40 % des entreprises québécoises exigent des connaissances en anglais à l’embauche, Québec promet de déposer rapidement un plan d’action chiffré qui donnera un « sérieux coup de barre » pour que le « français cesse de s’effriter » dans la province.

 

Article de LA PRESSE