Selon le Conseil supérieur de la langue française, une proportion importante des employés de l’État québécois, dont ceux qui travaillent dans les services téléphoniques, utilisent parfois une autre langue que le français dans leurs interactions avec le public.

« C’est à se demander si le statut officiel du français du Québec est véritablement officiel ou s’il n’est officiel qu’à moitié, s’indigne Maxime Laporte. Je pense que la situation est tout à fait renversante, d’où la nécessité de prendre les mesures nécessaires pour corriger le tir. »

Lire l’article complet  de RADIO-CANADA