LA PRESSE |  XAVIER BARSALOU-DUVALDÉPUTÉ DU BLOC QUÉBÉCOIS DE LA CIRCONSCRIPTION DE PIERRE-BOUCHER–LES PATRIOTES–VERCHÈRES
 
 

Les Patriotes et les Métis morts lors des rébellions du XIXe siècle méritent eux aussi d’être honorés


 

Depuis quelques jours, il est possible d’apercevoir des gens arborant fièrement l’emblème du Souvenir qu’est le coquelicot. Ce symbole est porté en référence au jour de l’Armistice, soit cette journée du 11 novembre 1918 qui a marqué la fin des combats de la Première Guerre mondiale. Le traumatisme causé par la perte de millions de vies humaines a fait en sorte qu’un peu partout sur la planète, on continue de consacrer cette journée à celles et ceux qui sont morts pour leur patrie.

Au Canada comme ailleurs dans le monde, on s’est permis, avec le temps, d’élargir progressivement cette commémoration à d’autres conflits, à commencer par la Seconde Guerre mondiale et ensuite à plusieurs autres. Toutefois, en raison de notre situation politique et historique particulière, beaucoup de Québécois ont le sentiment d’être exclus de ces célébrations. D’une part, on se rappelle à chaque fois les deux conscriptions forcées, mais d’autre part, il y a aussi cette impression que la journée est détournée pour en faire une séance de nation building canadien où l’on placarde l’unifolié à tous les endroits possibles et imaginables.

Plusieurs se souviennent encore des hauts cris qui avaient été lancés alors que Pauline Marois avait osé ajouter une simple fleur de lys à son coquelicot. Si le port de la feuille d’érable et du drapeau canadien était des plus anodins, le symbole québécois en revanche était tout à fait inacceptable. S’il peut sembler normal que chaque pays ait une tendance naturelle à mettre davantage l’accent sur les siens, l’agressivité témoignée à l’égard d’une partie de ceux-ci est des plus déplorables.

Le fait d’avoir des convictions fédéralistes ne devrait pas être obligatoire pour avoir le droit de rendre hommage aux sacrifiés.

Pour ajouter au malaise, le jour du Souvenir canadien commémore tous les conflits armés suivant la Première Guerre mondiale, mais seulement deux l’ayant précédée. Le gouvernement fédéral a donc entrepris d’ouvrir des Livres du Souvenir qui font honneur aux armées coloniales du temps où nous étions encore sous le joug de la Grande-Bretagne. Ainsi, les combattants de la guerre des Boers (1899-1902), et bientôt ceux de la guerre de 1812, auront droit aux grands hommages en obtenant une place à la tour de la Paix du parlement d’Ottawa. Ce faisant, on choisit délibérément de valoriser un passé pernicieusement circonscrit dans la glorification des exploits militaires des red coatsbritanniques.

 

OÙ SONT LES PATRIOTES ET LES MÉTIS ?

Pourtant, le ministère des Anciens Combattants indique que cette journée permet de se souvenir de plus de 100 000 personnes décédées au combat, dans le but de défendre « nos valeurs et nos institutions, notre liberté de participer à divers événements culturels et politiques et notre droit de choisir notre propre gouvernement ». Cette description pourrait très bien correspondre aux Patriotes de 1837-1838 ou encore aux Métis de 1869-1870 et de 1885.

Il n’est pas inutile de souligner que les acteurs de ces conflits étaient solidement soutenus par leurs nations respectives. En effet, les Patriotes tout comme Louis Riel ont été dûment élus au parlement pour porter la voix de leur peuple et exercer leur volonté. Ils sont donc beaucoup plus légitimes et représentatifs de la population – et de la démocratie d’ailleurs – que les armées chargées de leur répression au nom de l’Empire britannique.

Ces exclus du Souvenir, ce sont ces femmes et ces hommes qui ont sacrifié leur vie à la défense des idéaux constitutifs de notre système démocratique.

Ce sont ces personnes ayant combattu pour les principes de justice, d’égalité et de responsabilité gouvernementale dont nous jouissons tous. Ce sont ces ennemis de la tyrannie, ces gardiens de la liberté, ceux qui ont su protéger « nos foyers et nos droits ». Si l’on désire réellement commémorer la mémoire de tous ceux et celles qui ont combattu pour leur nation, il faut sortir de cette vision coloniale qui vient pervertir l’interprétation de notre passé.

En somme, il est évident que le gouvernement canadien se doit de reconnaître l’importance des Patriotes et des Métis dans l’Histoire en incluant ces derniers dans la cérémonie prévue pour le jour du Souvenir et en rédigeant des Livres du Souvenir dédiés à leur mémoire. Une réflexion pour déterminer le meilleur moyen de reconnaître les sacrifiés des nations autochtones et de la Nouvelle-France pourrait aussi s’avérer pertinente. Il serait indécent d’ignorer les victimes de ces combats : les femmes violées, les enfants terrassés, les villages brûlés et les combattants blessés, emprisonnés, tués ou même pendus.

Commémorer celles et ceux ayant lutté pour la liberté et la démocratie est impératif de notre devoir de mémoire. En ce 11 novembre, souvenons-nous de ces oubliés, de ces Patriotes et de ces Métis. Honorons leur lutte et leurs idéaux, pour qu’ils puissent, enfin et à juste titre, recevoir l’hommage qui leur est dû.

 

 

 

 

 

 

 

SOURCE